le blogadoch2

le blogadoch2

mercredi 1 février 2017

Des nombres sans mathématique (ou presque) 3.

En s'éloignant quelque peu des conceptions de Lao Tzeu, il n'est pas illégitime de combiner lettres et chiffres, en donnant aux premières un rang dans l'ordre alphabétique, les transformant ainsi en nombres.
Rien n'empêche ensuite de soumettre ces nombres aux deux opérations de base : l'addition et la multiplication.
Sans aller jusqu'à faire œuvre divinatoire, ce petit jeu reste en accord avec la tradition.
À vos calculettes, ou autres smartphones...



Manipulations des nombres et numérologie...
Revenons vers les bases de l’arithmétique, pour faire quelques manipulations élémentaires sur les nombres. Nous savons que les opérations les plus simples sont l’addition, la soustraction, la multiplication, et la division. Pratiquées sur les 3 premiers nombres, deux d’entre elles présentent une certaine particularité. En effet, on obtient le même résultat lorsqu’on ajoute ces 3 nombres ou lorsqu’on les multiplie :
                          1 + 2 + 3 = 6       et       1 x 2 x 3 = 6 
Dans le premier cas, nous avons utilisé l’addition, qui nécessite la coexistence, et fait donc référence à la notion d’espace, comme nous l’avons vu plus haut. La multiplication, elle, se conforme plutôt à un mécanisme temporel, puisque résultant d’une succession d’additions. Ces deux manipulations sont les seules cautionnées par la tradition, la soustraction et la division étant considérées comme subversives, car elles donnent un résultat diminué, démarche illégitime dans cette progression du plus petit vers le plus grand, du plus essentiel vers le plus substantiel, du Haut vers le Bas, du 1 vers la multitude. 
En fait, dans le domaine qui est le nôtre ici, les nombres ne peuvent que croître en quantité (en dégénérant en qualité), et ne peuvent donc subir que des additions ou des multiplications. Voyons l’usage qui est habituellement fait de ces opérations dans la numérologie basique.

La numérologie, science traditionnelle, est aujourd’hui mal connue, mais pourtant, arrangée à toutes les sauces, elle est fort utilisée, au point de constituer une véritable activité commerciale. Elle ressemble en cela à l’astrologie commune. Il paraît que de nombreuses personnes font appel à des prétendus “numérologues” avant de prendre une décision importante, ou d’embaucher un nouvel employé.
En quoi consiste cette numérologie ? Une des méthodes préconise d’écrire le prénom et le nom de la personne à “analyser”. Puis de donner à chaque lettre son numéro d’ordre alphabétique. On utilise alors l’addition et la multiplication pour “réduire” ces nombres afin d’obtenir un nombre à un seul chiffre. L’exploitation de la symbolique lié à ce chiffre est censée donner des indications sur la personnalité du sujet. (D’autres “méthodes” partent de la date de naissance). 
Prenons l’exemple du célèbre Jean Dupont :

J    E    A     N              D    U    P    O    N    T
    10   5    1     14              4    21   16   15    14   20
 
1.-  On pratique d'abord ce qu’on appelle une réduction par addition.
  - Pour le prénom : 10 + 5 + 1 + 14 = 30 et la réduction de 30 donne : 
3 + 0 = 3
  - Réduction du nom : 4 + 21 + 16 + 15 + 14 + 20 = 90     
soit :  9 + 0 = 9
  - Réduction nom + prénom : 9 + 3 = 12   soit : 2 + 1 = 3

Résultat : comme nous avons utilisé l’addition, nous dirons que le nombre 3 est le nombre symbolique spatial du sujet. 

2.-  Réduction par multiplication :
  - prénom : 10 x 5 x  1 x 14 = 700      soit : 7 + 0 + 0 = 7
  - nom : 4 x 21 x 16 x 15 x 14 x 20 = 5644800 
    soit : 5 + 6 + 4 +4 + 8 + 0 + 0 = 27
    soit :  2 + 7 = 9
  - Réduction : prénom X nom : 7 x 9 = 63 soit : 6 + 3 = 9

Résultat : 9 est le nombre symbolique temporel du sujet.
Les "nombres symboliques" de Jean Dupont sont donc 3 et 9. 
Mais pourquoi ne pas aller plus loin et dire :
3 + 9 = 12
donc : 1 + 2 = 3
Etc.
L’interprétation de ces résultats est variable selon les “écoles”, elle peut se référer à une symbolique comme celle développée plus haut. Quant à leur fiabilité, elle est laissée à l’appréciation des usagers de la méthode...

Conclusion
Ces réflexions sur les nombres n’avaient pour but que de montrer candidement que les nombres ne sont pas la propriété exclusive des mathématiciens, et qu’il est possible à tout un chacun de les considérer différemment et de les manipuler à loisir.
Quant aux significations symboliques attribuées aux nombres par le folklore ou la tradition, elles sont variables et quelquefois contradictoires, ce qui n’empêche pas des millions d’individus de miser sur eux leur fortune ou leur avenir, tant le mythe qu’ils véhiculent est prégnant dans nos sociétés, depuis la nuit des temps.

“Mais, bien sûr, nous qui comprenons la vie, nous nous moquons bien des numéros!” (Saint-Exupéry).


Bibliographie
GRANET (Marcel), La pensée chinoise. Albin Michel, ed.
LAO TZEU, Tao Te King.
Nei Tching Sou Wen,  Livre de physiologie.
LAVIER (Jacques-André) Sinologue et métaphysicien Conférences et entretiens privés.
OTTAVI (Henri) Chercheur au CNRS, Notes manuscrites.
OTTAVI (Dominique), Les Ciels de l’Homme, chez l’auteur.
SAINT- EXUPERY, Le Petit Prince.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire