le blogadoch2

le blogadoch2

vendredi 3 janvier 2020

Á la Une...


Pour accéder directement à l'un des derniers articles, cliquez sur son titre s'il est souligné (lien). 

Pour une recherche plus générale, le mieux est d'aller dans la colonne de droite dans la rubrique “Archives“ et de cliquer sur un millésime puis sur un mois. Normalement, vous y trouverez la liste des articles sous forme de liens. Vous n'avez plus qu'à cliquer sur le titre-lien qui vous ouvrira l'article recherché.
- À velo vers Compostelle 6 (récit, mars 19)
- À vélo vers Compostelle 5 (récit, fév. 19)
- À vélo vers Compostelle 4 (récit, janv. 19)
Des robots pornos? (questionnement, janv. 19)
- À vélo vers Compostelle 3 (récit, déc. 2018)
À vélo vers Compostelle 2 (récit, nov 2018)
- À vélo vers Compostelle (récit, nov 2018)
- Le Canard en fer blanc, Eroll Flynn... (oct 2018)
- Marine à voiles et Tradition (août 2018)
- Ya p'Yuka... bien choisir ses aliments (août 2018)
-  L'autre qui parle... (inclassable, juil 2018)
- Le gant perdu (nouvelle, mai 2018)
- Les sources de monsieur Graminet (mai 2018)
- Le clignotant droit, un faux-ami... (mai 2018)

 - Science Fiction?  (nouvelle, avril 2018)
- Le Temps, l'Espace... (complété, 26 avril 2018)
- Drôles d'oiseaux... (avril 2018)
- Pas d'article nouveau... (mars 2018) 
- Quelques nouvelles pensées profondes... 
- Des cercles dans les blés...(fév 2018)
- Les gentils qui veulent votre bien... (fév 2018)
- La voiture électrique pollue... (janv 2018)
- Changer un pneu soi-même (technique, janv 2018)
- Les secrets du différentiel (technique, janv 2018)
- Les autos d'avant (chronique, janv 2018)
- On ne gagne pas à tous les coups (nouvelle, janv 2018)
- Promesse tenue (mini nouvelle, déc 2017)
- Bon voyage, M. le Comte! Hommage à J. d'Ormesson (déc 2017)
- Quand j’étais petit, le pain d’épices était meilleur… (nov 2017)
- Savoir ce que l'on dit... (oct 2017)
- Retour sur : SIDA pas contagieux, vrai ou faux? (oct 2017)
- Les vicissitudes de la félicité, ou les moutons de la bien-aimée (Nouvelle, oct 2017)
- René Guénon pour les nuls... (22 sept 2017)
- Les retrouvailles improbables... (Nouvelle, sept 2017)
- La langue des oiseaux- Birds dessinés (août 2017)
- L'homme du marché (une nouvelle d'Antoine, août 2017)
- Le SIDA ne serait pas contagieux... (juillet 2017)
- Le Ciel va plus vite que le Soleil ! (juillet 2017)
- De la ténacité des objets et de la beauté de Véronique... (juin 2017)
- Crise... d'accélération (mai 2017)
- Il y a processions et processions (mars 2017)
- Ça n'est pas mesurable...(février 2017)
- Des nombres sans mathématique (3) février 2017
- Délivrance informatique (fable)
- Des nombres sans mathématique (2)
- Des nombres sans mathématique (1)...




jeudi 2 janvier 2020

Un blog, ça sert à quoi?

Ceci est un article permanent. Voir les nouveaux articles plus bas...

J'aurais pu écrire aussi : quel est le but d'un blog? Ou bien encore : Pour quelles raisons créer un blog?
Comme à l'examen, je me donne deux heures pour répondre…
Dans le désordre, voici quelques suggestions susceptibles de participer à l'explication de la mode actuelle de ce moyen d'expression.
Tout d'abord, il n'y aurait pas de blog sans l'ordinateur, et bien sûr, sans Internet. Mais comment se détourner de la magie de ce moyen de communication simple, et… mondial, et refuser les possibilités qu'il nous offre?
Une raison d'ordre psychologique est la croyance que son propre blog va être lu par des millions de personnes. Cette perspective immodeste et irréelle donne sans doute une sorte de sentiment d'importance à l'auteur.
Il est des êtres — je connais bien l'un d'entre eux — qui s'expriment mieux par l'écrit que par la parole. Et quoi de plus facile que d'encore fignoler son texte avec un logiciel d'écriture? Quant à savoir s'il va être lu, c'est une autre histoire. Les croûtes du peintre du dimanche seront-elles vues par d'autres que les proches?
Quel que soit leur domaine, les notions qui ont de l'importance à nos yeux ne sont pas toujours intéressantes pour les autres. Et nous avons généralement grand besoin de nous exprimer à leur sujet, lorsqu'elles nous tiennent à cœur… Pour éviter d'ennuyeux monologues au foyer, ou des incompréhensions lors de réunions d'amis, exposons-les sur le blog! Ça ne gêne personne, et permet bien souvent de faire à cette occasion le bilan de nos propres connaissances, de les vérifier, de les compléter, ne serait-ce que pour éviter d'écrire des contre-vérités.
Certains bloggeurs espèrent augmenter le cercle de leurs connaissances, d'autres plus pragmatiques celui de leurs clients potentiels.

Et je suis certain que ceux que la fonction de gourou attire, s'entraînent à la persuasion, sans états d'âme, en recherchant des adeptes plus que des lecteurs.
Personnellement, il m'arrive d'espérer intéresser quelques lecteurs par des sujets qui me passionnent. Les commentaires positifs ou critiques me manquent cruellement pour me faire une idée plus précise en la matière.
Mais je vais vous dire la vraie raison qui m'a poussé à créer ce blog : j'ai toujours eu la certitude que je devais le faire pour la simple raison qu'un blog, c'est inutile.
Je vous incite d'ailleurs à me suivre dans le royaume magnifique de l'indispensable inutilité… De nombreux auteurs — et pas des moindres — se sont penchés sur cette notion, sans convaincre qui que ce soit, semble-t-il, mais en laissant derrière eux de
merveilleuses pages… inutiles.
Bien après que Socrate, condamné à la ciguë, se mit à l'apprentissage de la flûte la veille de sa mort, d'autres ont clamé l'importance de l'inutile. Voyez plutôt :

C'est bien plus beau lorsque c'est inutile ! (Edmond Rostand).

Il n'y a rien d'inutile en nature ; non pas l'inutilité même. (Jean Rostand).

Rien n'est plus utile que la recherche inutile. (Jean-Paul Sartre).

L'inutile et le superflu sont plus indispensables à l'homme que le nécessaire. (René Barjavel).

La littérature est parfaitement inutile : sa seule utilité est qu'elle aide à vivre. (Claude Roy).
Et n'oubliez pas le manifeste énergique de Nuccio Ordine : L'utilité de l'inutilité.  (Les Belles Lettres, éd.).
Pour en terminer avec le sujet, je dois vous dire qu'il y a peu, j'ai proposé à mes amis d'un forum consacré à la marque Alpine, une association virtuelle dont je suis le président à vie, et qui s'intitule Le Mouvement pour l'Indispensable Inutilité, dont le sigle s'écrit : Mii.
Sa création était inutile, mais...
Bonnes lectures,
D.C. O.

mercredi 1 janvier 2020

La pensée du moment...





 Pourquoi ne pas passer à l'image pour dire les pensées remarquables? Et rendre un petit hommage à Philippe Geluc...











 Le général a perdu la guerre, car il sera mal enterré.
Pensée taoïste?


Aujourd'hui, la conduite sportive est un domaine où l'on ne conte plus en mots. On compte en points.
D.C.O


Ce n'est pas parce que notre science a des limites, que le fonctionnement de l'univers doit se plier à ces limites.
M. Graminet alias D.C. O.

Je ne crois pas en Dieu, mais il me manque.
Auteur inconnu (inconnu de moi)
           
Dieu a sagement agi en plaçant la naissance avant la mort.
Alphonse Allais


I l conduisait tellement follement que la dame du GPS a crié qu'elle voulait descendre !
Peut-être D.C.O.




Des pensées que j'aime bien citer, depuis que je suis entré dans mon hiver temporel :
- de l'écrivain américain Jim Harrison :
           "La vie est courte, mais elle est très large".
- de François Cheng, de l'Académie Française :
           "Mais il n'est pas tard; faisons quelque chose encore !" 
- de Don Littleton, amateur de motos australien :
           "Je cesserai de faire de la moto le jour où j'oublierai de mettre les pieds par terre à l'arrêt".


 

mercredi 6 mars 2019

Vers Compostelle à vélo 6...

Il est temps de repartir pour de nouvelles aventures...



     Petit café et biscuits au bistrot à côté de l'albergue. Il fait très beau, et frais. Des touristes anglais m'appellent pour me montrer ce qu'ils viennent de trouver : une pochette transparente munie d'un cordon, contenant la carte de l'étape du jour pour piétons (17 km). Je demanderai en vain, à tous les marcheurs que je rattrape si cela leur appartient. Cela me donne l'occasion de m'adresser à des espagnols, des français, des hollandais, des brésiliennes, des indéterminés… Finalement, j'accrocherai la carte à la dernière borne de l'étape figurant sur le plan.
     Le chemin fait suite à la route goudronnée. Il est assez plat et comporte plusieurs aires de pique-nique, près de petits ruisseaux. Je pense que ce genre d'endroits conviendraient pour une halte de pèlerins cavaliers : de l'eau, de l'herbe pour les chevaux, et quelques commodités pour les gens (avant d'arriver à Burgo Ranero).
     Bientôt le chemin sera vraiment une ligne droite jusqu'à l'horizon. Il longe une route en terre non fréquentée, et est bordé de petits érables récemment plantés. L'horizon est tout rond, comme la mer au large, et j'ai une pensée pour les piétons qui doivent se transformer en automates dans ce cadre trop régulier et trop monotone.
     Je ne sais si les routes en terre comme celle que je longe sont fréquentes en Espagne, mais elles sont parfaitement réalisées. J'en connais le secret, car hier, j'en ai pâti. En cet endroit, on devait absolument passer sur la route en terre, en l'absence de bas-côté fréquentable. Elle devint brusquement boueuse, une boue bien collante que je sentais se plaquer dans les moindres recoins du vélo. Plus loin, je rattrape un camion arroseur suivi d'un énorme rouleau compresseur. Donc : gravier, eau et compression, permettent d'obtenir ce beau résultat.
     Par contre, avec toute cette boue, les vitesses ont du mal à passer et les petites roulettes du dérailleur ne tournent plus guère. Je décide d'offrir un coup de Karcher (en espagnol : agua con pression) à ma monture bien diminuée. Pour 4 F, je dispose de 2 minutes d'eau chaude sous pression, et retrouverai un vélo tout rutilant. Pour à peine plus cher, mon intérieur à moi sera détergé par une bière locale, bien fraîche. Je souris en lisant la marque sur la bouteille : Mahu, ce qui veut dire homo en … polynésien. Mais il ne doit guère y en avoir en Espagne (de polynésiens).
     Je continue sur la route goudronnée jusqu'à Leon, que je traverse en cherchant la direction de Ponferrada. Puis je lis sur les panneaux, successivement, des noms qui me sont familiers depuis que je prépare ce voyage, et qui résonnent bien dans ma tête : Valverde de la Virgen, Villadangos del Paramo, San Martin del Camino, Hospital de Orbigo…
     L'arrivée à Astorga se fera sans problème, nonobstant cependant une bonne petite côte en finale, car il est fréquent de trouver villes et villages au sommet de collines.
     Je suis de magnifiques flèches jaunes, qui me mènent … à la sortie de la ville vers l'Ouest! Demi-tour, et questions à des passants, dont certains me conseillent finement de suivre les flèches à l'envers. Mais il y a un moment où il n'y a plus rien, et les refuges ne sont jamais très voyants.
     Ces errances me conduisent sur une place où se déroule une fête populaire : fanfare et tenues folkloriques. J'ai remarqué que les hommes portaient avec bonheur foulard et ceinture de tissu rouge, avec une chemise blanche.
     J'y arriverai quand même, à ce sacré refuge, municipal lui aussi. Petit, serré, et très peuplé. Ce soir, on déménagera même le bureau de l'accueil pour mettre des matelas par terre, pour les derniers arrivants, des cyclistes.
      Le garage à vélos est à 200 mètres d'ici, dans une très belle construction ancienne qui domine toute la plaine, entourée de terrasses et protégée par de belles grilles. C'est un centre pour handicapés, une vraie cour des miracles, mais bien tenu. Les vélos sont garés au fond de la cour intérieure, sous un escalier.
     Pas d'étendoir pour la petite lessive, seulement un sèche-linge de poupée, posé sur l'appui d'une fenêtre. Lorsqu'il est libre, j'y fourre ma serviette et mes chaussettes. Au bout d'un long moment, la serviette est tiède et les chaussettes, plaquées contre le tambour ont roussi d'un côté et sont toujours humides.
     La ville ressemble à celles déjà traversées, avec ses vieux bâtiments, ses places à arcades, sa cathédrale. Alors que je m'offre un pot à la terrasse de la grande brasserie, des caméramen de TV, bardés de batteries, de projos et chargés de lourdes caméras, filment un personnage officiel à son arrivée en voiture noire, sous bonne escorte. A ce moment, le campanile de la mairie (beau bâtiment du XVIIème), sonne l'heure, et je dois être le seul à en sourire : le carillon est certainement très gravement fèlé et le son émis est celui d'une vieille boîte en fer. Mais cela ne dérange personne, apparemment.
     Je dormirai sur la couchette du haut, "au 3 ème niveau", sans ascenseur, mais avec échelle. Malgré la promiscuité, la nuit sera très calme.

Jeudi 17 septembre : Astorga-Villafranca del Bierzo (80 km)
     Les demeurés n'ont pas abîmé le vélo et je cherche un coin au soleil pour faire le chargement. Ciel clair et air frais, car nous sommes à près de 900 mètres d'altitude.
     Le bar de la place est ouvert et j'y retrouve mes nouveaux compagnons cyclistes, prenant leur petit déjeuner. L'un est fonceur, et très bavard, l'autre plus calme. Ils ont 25 ans, et tout leur tonus. Le premier veut aller jusqu'à O Cebreiro, ce qui l'obligera à grimper deux cols assez durs, en fin d'étape. L'autre fera comme moi et s'arrêtera au Bierzo. Pour justifier sa décision, il me montre le profil de la route sur son guide, avec une mine de circonstance devant les dents de scie du schéma. Il arrivera après moi, ayant suivi le Camino piéton, qui aujourd'hui était cependant à 90% sur la route.
     J'attends mon café pendant un bon quart d'heure, ma commande ayant été court-circuitée par celle de la bande d'officiels d'hier soir qui couchent ici et réclament juste à ce moment une douzaine de petits-déjeuners.
     Sur la route, il y a de grands changements dans le paysage, depuis ce matin : les côteaux à céréales ont laissé la place à des collines peu cultivées qui rappellent ces régions du Maroc où poussent les arganiers. Ici, les arganiers sont des chênes verts. La route monte sans arrêt, mais très légèrement. Je traverse des villages presque préhistoriques, où la rue est bordée de huttes à peine mieux faites que celles des Gaulois. Elles servent de remises bien sûr, mais sont-elles désaffectées depuis très longtemps ?
     Une grande montée, (en tout, il doit y avoir 25 ou 30 km d'ascension) à l'excellent revêtement de bitume, conduit à un col de 1500 m, les Montes de Leon, point le plus haut du parcours. On ne peut s'empêcher de penser au Pays de Léon breton, et de trouver un argument supplémentaire en faveur de l'appartenance de cette région au monde celte.
      Ici, se dresse la fameuse Croix de fer (Cruz de hiero) : une croix juchée au sommet d'un poteau, le tout au point culminant d'un… tas de pierres, apportées une à une, paraît-il, par les pèlerins, en guise d'offrande expiatoire.
     Dans la montée, j'ai eu une émotion en voyant de loin des personnes arrêtées, dont l'une était allongée sur la route : accident ? malaise ? En m'approchant, je vois le "blessé" se relever en tenant à bout de bras son vélo. Il maintenait le vélo sur son ventre, pendant que son compagnon le réparait! Un chiffon tombé dans le dérailleur avait tout bloqué et sous l'effort du pédalage, la patte de dérailleur s'était rompue. Lorsque j'arrive, le dérailleur est supprimé et la chaîne raccourcie n'autorise plus qu'une seule vitesse. Mais ça marche, et les deux espagnols de Irun repartent avec d'étonnants chargements brinquebalant sur des sièges de bébé.
     Voici des villages abandonnés, comme Foncebadon, ou Monjarin. Avec quelquefois un sursaut de vitalité : dans le premier, une ruine en cours de restauration très active, au bord de la route : future halte pour pèlerins? Dans le second, une échoppe semi-troglodyte, encastrée dans la colline, tenue par un "ermite" qui propose mille services aux pèlerins, et affiche les distances séparant cet endroit des principaux lieux sacrés du Monde.
     La petite route serpente jusqu'à Acebo, où la fontaine est signalée, merci. La rue principale est fort étroite et les maisons très anciennes comportent toutes un balcon de bois, perché au-dessus de la chaussée. Les guides vantent la  gastronomie locale, aussi, je ne suis pas étonné de voir devant un estanco insignifiant, une rangée de sacs à dos, et quelques vélos : le bon plan du coin, sans doute.
     La route croise très souvent le Camino qui, ici, fait de petites incursions à droite et à gauche, coupant un virage par-ci, une colline par-là. J'emprunterai pour voir, un de ces sentiers, l'espérant trialisant. Ce ne sera qu'une sente monotrace tellement envahie par les bruyères que même les piétons doivent s'y faire griffer les jambes.
     Des cyclosportifs sur de beaux vélos de course me doublent dans une côte, mais le dernier a bien du mal à suivre le rythme, et je le vois longtemps, à 100 mètres devant moi. Il va même mettre pied à terre, et, au moment où je vais le rejoindre, il remonte sur son vélo, et lorsque j'arrive au col, il sera installé avec les autres à la terrasse du petit café. Ils me crient : "¡Buon Camino!". Il est vrai que, la distance parcourue depuis le départ est telle que l'on ne demande plus où l'on va. Quelquefois simplement d'où l'on vient.
     Les guides annoncent une descente dangereuse, par le chemin. Les Ponts et Chaussées locaux en font de même à destination des cyclistes circulant sur la route. Les 15 km demandent de bons freins, bien sûr, mais ne sont pas plus difficiles à négocier que nos descentes de petits cols de par-ici.
     Molinaseca est un joli village au bord de la rivière, avec des maisons à vérandas plus récentes, de belles villas avec pelouses, et un vieux quartier pittoresque.
     Par contre, la longue montée sur Ponferrada est sans intérêt, tout comme celle qui mène à Villafranca del Bierzo, 20 km plus loin.
     À Ponferrada (nom venant d'un pont en fer jeté sur la rivière au XIème siècle), il ne faut pas rater le magnifique château des Templiers, très bien conservé, au point culminant de la ville. L'utilisation du fer dans les constructions était très rare à l'époque, mais les mines de fer toutes proches, et la volonté de l'évêque du coin ont fait le reste. Ce pont existe toujours, mais il est noyé sous du moderne béton.
     J'arrive au refuge à 15 heures 30, c'est une albergue municipal, un petit bâtiment à étage, un peu en dehors et au-dessus du village. Il y avait aussi un gîte privé en face de la vieille église, mais l'approche n'en était pas très engageante, avec de nombreuses pancartes faites à la main, un style un peu trop baba cool à mon goût. Depuis, je sais qu'il est cependant fort sympathique.
     Il fait très chaud, mon linge sera vite sec. Je descends au village à pied faire quelques emplettes. Et toujours des cafés avec terrasses, proposant des bocadillos (sandwiches-baguettes) et aussi des… sandwiches (sandwiches au pain de mie). Je trouve du raisin muscat très engageant, et je m'en ferai une ventrée, de retour au refuge.
     Les maisons sont grises, comme l'ardoise des toits. Les habitants semblent un peu fermés, et des slogans peints réclament une reconnaissance de leur identité. Souvenir de la période faste mais courte du XIIème siècle où Villafranca fut capitale de la région pendant une douzaine d'années ? Je crois plutôt à un état d'esprit assez répandu (comme chez nous), concernant l'indépendance régionale. Car la province de Leon affichait déjà "Leon solo", et en Galice, les panneaux routiers seront corrigés à la peinture pour supprimer "El" ou "La" devant les noms de lieux, et les remplacer par "O" ou "A", comme le veut le patois local.

Vendredi 18 septembre : Villafranca del Bierzo-Sarria (80 km)
     La route de Lugo (nom à rapprocher de celui de Lug, divinité celte) est très large et commence par un faux-plat, dans la vallée creusée dans la montagne par un torrent. On passe d'un pont à un autre, et certains constituent de magnifiques exploits techniques, très hauts au-dessus du lit de la rivière. Mais cela ne suffit pas, on superpose à cette série d'œuvres d'art, une autoroute, qui va certainement exiger des crédits pharamineux. D'immenses piliers de ponts circulent sur des remorques sans fin, des collines sont rasées, des ravins comblés. On assiste au concours du viaduc le plus haut, du pont le plus long, ou le plus acrobatique, à raison de un par kilomètre. Le péage ne sera certainement pas donné.
     Et je monte de plus en plus. Le sommet sera Piedrafitta, la traduction de pierre fitte, pierre levée, qui se dit en breton men hir. S'il y en avait une (et il devait forcément y en avoir une ici), il y a longtemps qu'elle a disparu. Elle devait marquer l'entrée en Galice (terre celte par excellence), comme celle qui se dresse encore à Dol en Bretagne, à la limite entre la Normandie et la Bretagne.
     Après une petite collation bananesque, je quitte la route de Lugo et prends la direction de O Cebreiro. La montée continue, et je chevauche de vertes collines, qui abritent des petits villages, plus vivants que ceux d'hier. La côte fera en tout une trentaine de kilomètres.
     La fin de l'étape ne sera pas de tout repos, avec une invraisemblable série de montées et de descentes, jusqu'à Sarria. Petite ville assez coquette, dans la plaine, avec de beaux magasins.
     Le refuge est en pleine ville, dans le quartier ancien. Bien équipé, moderne, mais les couchettes sont bien serrées! Au rez-de-chaussée, la salle à manger a une paroi de rocher. Le responsable me conduit dans un garage appartenant à un "señor" qui demande 200 pesetas (8 F), pour le vélo. Je pense que le "señor" et lui-même ne font qu'un. Pas d'importance, ma monture est bien à l'abri. Dans le garage, se trouve une camionnette C15 immatriculée en Charente, dont le propriétaire est parti d'ici à pied vers Saint-Jacques. Certains pèlerins font le voyage en plusieurs années, couvrant chaque fois une partie du Camino.


(à suivre, si vous le voulez bien...).