le blogadoch2

le blogadoch2

lundi 19 décembre 2016

Le compresseur, la goutte, et le Justicier...


Une nouvelle tirée de la vraie vie…


Le compresseur

Autrefois, la trousse à outils d’une automobile était fort volumineuse, et comportait un nécessaire de réparation des chambres à air (généralement une boîte orangée portant le nom de Rustine), et bien sûr une pompe. La sollicitude du destin pour les chauffeurs d’aujourd’hui, et la qualité des pneus et des routes actuelles, font que certains constructeurs livrent leurs autos sans complexe et sans roue de secours, avec cependant, un mini-compresseur dont l’utilité reste discutable en l’absence de réparation.

La mienne, d’auto, est dotée d’une de ces petites roues de secours qui n’osent plus s’appeler que par le nom d’une fade pâtisserie aplatie. Aussi pour éviter de rouler au ralenti dans le cas où l’usage de cette galette me serait imposé par une crevaison, j’ai récemment fait l’achat d’un mini-compresseur, fonctionnant sur 12 volts. Le but étant d’offrir à la roue crevée (mais réparée à l’aide d’une mèche collante, technique que je maîtrise bien), un peu plus de bon air que n’en offre la cartouche de gaz jointe au nécessaire habituel.

Je dois préciser que la prise de possession de ce moderne instrument* fut assez rocambolesque, et qu’elle fera peut-être l’objet d’une chronique spéciale, mais là n’est pas le sujet. Me voici donc, contraint par des circonstances inévitables, de prendre la route pour un périple de plus de 2000 kilomètres. Et, pour la première fois donc, au volant d’une auto équipée d’un compresseur d’air. Un accessoire dont je m’étais fort bien passé pendant plus de soixante ans de conduite.



La goutte

La crise de goutte, comme chacun le sait, est une arthrite très douloureuse, provoquée par l’accumulation de micro-cristaux d’acide urique dans une articulation. Sans doute pour des raisons liées à la gravité (celle de Newton, pas celle d’Esculape), ces dépôts se font dans une des zones les plus basses du corps : le gros orteil. Enfin, l’un des deux. Et c’est bien suffisant.

Cette pathologie n’inspire pas la compassion, car personne n’est porté à plaindre un amateur de bonne chère et de bons alcools. Je précise cependant que ma première crise d’uricémie me frappa alors que je n’avais pas atteint la trentaine. Une déficience physiologique innée, peut-être.

Bref, au cours de ce voyage, les choses firent que ma démarche claudicante s’accentua au rythme de celles qui m’étaient imposées, et la douleur de plus en plus importante me conduisis un soir à une extrémité à laquelle je ne m’étais encore jamais laissé aller : le parking de l’hôtel était plein, à cette heure tardive de la nuit. Sauf que quatre grandes et généreuses places pour handicapés me tendaient leurs lignes bleues, à 3 mètres de l’entrée. Et puis n'étais-je pas un handicapé transitoire ?

Subodorant le peu de risque de voir arriver une cohorte de GIG ou de GIC, à cette heure tardive, je glissais avec soulagement mon véhicule dans un rectangle fort accueillant, sans me douter que le Justicier allait faire sa ronde



Le Justicier

C’est au matin que je pris conscience que pendant que vous dormez, braves gens, il y a des héros qui veillent. Celui-ci, très consciencieux, qui voulait me punir de mon audace, avait choisi deux des roues de mon auto, en diagonale, peut-être pour respecter un équilibre pondéral ou esthétique, et les avait proprement diminuées en hauteur. 
Et lorsque l’on voit la jante en contact avec le bitume, ce n’est pas de la compréhension qu’on éprouve à l’égard du responsable de cet état de fait. On retrouve plutôt, et avec facilité, une litanie de jurons que l’on pensait oubliés sous une pile d’efforts polis.

J’ai réalisé alors qu’un bon coup de compresseur (quelle chance de l’avoir !), me permettrait de rejoindre le garage le plus proche pour faire procéder aux réparations, jusqu’à ce que je m’aperçoive que le justicier n’était pas allé aussi loin que je le pensais dans son geste vengeur, sinon, il n’aurait pas déposé les bouchons de valve sur un relief de la jante.

Et c’est ainsi que, bercé par les crachotements maladifs du petit moteur, je vis la partie basse de mes roues reprendre forme peu à peu, à mon grand soulagement.

La réceptionniste de l’hôtel eut la politesse de s’étonner de ma mésaventure, en me montrant sans état d’âme, son auto, voisine de la mienne, occupant une des dernières places pour handicapés, à 8 heures du matin.

Je persiste à penser que le Justicier a encore du blé à moudre, s’il veut établir un code de bonne conduite dans sa ville, car sur un parking voisin complet, nous avions, la veille assisté à une scène étonnante : le conducteur d’une grosse allemande s’arrête au niveau d’une camionnette garée en biais sur deux places de parking. Quittant son auto, il range correctement la fourgonnette, et gare la berline sur la place libérée.

Nous vivons une époque merveilleuse.



*Environ 18€ chez Lidl.


dimanche 27 novembre 2016

Automobile : la fin des moteurs "réduits" ?

Je ne peux résister au plaisir de vous faire partager l'excellent article du bon Vincent Desmont, publié sur MotorLegend, sous le titre : "La fin du downsizing ?
Comprenez : va-t-on vers l'abandon des moteurs réduits (cylindrée réduite, moteurs à 3 cylindres, etc), qui semblent donner de bons résultats dans les domaines de la consommation et de la pollution?
Voyez vous-mêmes. La question se pose, à cause des futures obligations internationales sur les émissions à effet de serre...

Ecoutons Vincent Desmont :


Pendant de longues années, les constructeurs automobiles n’ont juré que par le downsizing. Quasiment toutes les marques, de Dacia à Ferrari, ont cédé aux sirènes de cette technologie, véritable martingale pour gagner à tous les coups aux tests d’homologation. Mais le downsizing commence à montrer ses limites, et la tendance au « toujours plus petit » va bientôt s’inverser… 
 
Un bicylindre dans certaines Fiat, un 1.0 EcoBoost sous le capot d’un monospace compact chez Ford, des 3 cylindres sur des BMW Série 3 : le downsizing s’est imposé depuis pas mal d’années chez tous les constructeurs. Les supersportives n’ont pas été épargnées. Ferrari a ainsi développé un V8 3.9 biturbo, tandis qu’AMG a du mettre au rebut son fabuleux V8 6.2 atmosphérique au profit d’un 4.0 biturbo. Même Aston Martin a récemment consenti (à reculons…) à « downsizer » son V12.

La raison d’un tel engouement ? La chasse au CO2, bien évidemment ! Longtemps resté l’alpha et l’oméga de la lutte anti-pollution (ou plutôt anti-réchauffement climatique), la lutte contre les émissions de gaz carbonique a poussé (presque) tous les constructeurs à adopter la même technique. Le principe est simple : on réduit la cylindrée des mécaniques, et on ajoute une injection directe et un turbo (ou, plus rarement, un compresseur). Cette configuration présente en théorie plusieurs avantages. D’abord, l’injection directe permet de doser finement le carburant, tout en permettant une combustion en mélange appauvri (stratifiée). Ensuite, la suralimentation apporte un couple important à bas régimes, ce qui évite de trop solliciter la mécanique dans les tours et permet de réduire le régime moyen du moteur (« downspeeding »). Enfin, la cylindrée inférieure permet généralement de réduire le nombre de chambres de combustion, entraînant une diminution des frictions.

Sur le papier, donc, le downsizing a tout bon. Encore plus sur le cycle d’homologation NEDC, en vigueur sous sa forme actuelle depuis 1997, caractérisé par une surreprésentation des phases à très bas régimes et par des accélérations léthargiques. Sur le banc, les moteurs « downsizés » sont totalement dans leur zone de confort. Dans la réalité… un peu moins ! Ce qui n’était jusqu’alors pas vraiment un problème. 

Sauf qu’un nouveau cycle d’homologation est prévu pour septembre 2017 ! Harmonisé au niveau mondial, ce cycle WLTP (pour Worldwide Harmonised Light-Duty Test Procedure) affiche non seulement un profil de vitesses et d’accélérations plus réaliste, mais aussi un test annexe sur route en conditions réelles, le RDE (Real Driving Emissions). Et dans ce test RDE, pas de banc à rouleaux, pas de température ou d’hygrométrie contrôlée : les voitures testées seront harnachées d’un système portatif de mesure des émissions (PMS) et jetées dans la « vraie » circulation, en ville, sur route et sur autoroute. Avec, forcément, des résultats moins bons qu’en laboratoire. D’ailleurs, les Autorités européennes ont laissé une marge de tolérance aux constructeurs : + 110% sur les NOx (oxydes d’azote), par exemple, puis + 50% à partir de 2020.

Mais, même avec cette marge de tolérance, les motoristes auront du mal à rester dans les clous. « Les techniques que l’on a utilisées pour réduire la cylindrée des moteurs ne nous permettront plus de répondre aux normes d’émissions » déclarait ainsi Alain Raposo, le patron de l’ingénierie moteurs chez Renault-Nissan, lors du Mondial de l’Auto. « Nous arrivons aux limites du downsizing. » 

 Selon certaines sources, les moteurs optimisés à mort pour le cycle NEDC perdent toute efficacité en conditions réelles, avec des diesels émettant 15 fois plus de NOx que la norme, tandis que les moteurs essence voient leur consommation s’envoler, tout comme leurs émissions de particules fines et de monoxyde de carbone !

Une vraie catastrophe, qui va pousser les constructeurs à faire machine arrière toute sur le downsizing. Particulièrement sur les plus petits moteurs : des blocs minuscules comme le 0.9 TCe Renault, le 0.9 TwinAir Fiat ou le 1.3 CDTI Opel sont condamnés à moyen terme, car ils font figure de (très) mauvais élèves sur le nouveau cycle d’homologation. À terme, tous les moteurs diesels de moins de 1,5 litre et les essence de moins de 1,2 litre pourraient purement et simplement disparaître des catalogues. 

Mais ne vous réjouissez pas trop vite : les gros V8 atmosphériques ne reviendront pas de sitôt ! Car s’il est contre-productif sur les moteurs de petite cylindrée, le downsizing reste pertinent sur des blocs plus gros. Selon toute vraisemblance, la Porsche 911 ne renouera donc pas avec le flat-6 atmosphérique (sauf modèles très spécifiques), et les AMG resteront durablement suralimentées. Par contre, ces modèles haut de gamme se prêtent bien à l’hybridation, qui deviendra monnaie courante sur les sportives.

Vincent Desmont - (MotorLegend)

mercredi 23 novembre 2016

Petite fantaisie littéraire où il est question de moto...


 Je vous ai déjà proposé un exemple de la prose poétique de mon ami Gérard, dit Salfepa*. Je suppose que certains d'entre vous, comme moi, aiment bien être surpris, ou même déroutés par un style inattendu, c'est pourquoi je vous offre aujourd'hui ce récit jubilatoire d'une fausse-sortie à moto. Une moto et son pilote aussi étranges que le langage du rédacteur...
 *ici : 



“Temps superbe, propice à une balade avec un pote et sa moto teutonne qui n’avait pas vu le jour depuis trop longtemps, le pote non plus d’ailleurs.

Il a une méconnaissance magnifique de la moto, de ses besoins, conduit à moitié bien, mais semble jouer d’une chance qui toujours le ramène à la maison. Il roule très peu et je pense que ça doit bien faire trois ou quatre ans que sa meule n’avait pas pris l’air.

Il bénéficie de l’aide précieuse d’une descente conséquente de plus de trois kilomètres devant chez lui qui lui permet de s’abstenir de toute pensée triviale telle que des problèmes de batterie, d’autant, qu’une fois démarré, il n’éteint jamais son moteur jusqu’à avoir réintégré ses pénates. Chacun de ses véhicules a toujours accepté de démarrer avant le pied de la route. J’avais bien suggéré que nous changions l’essence avant de nous jeter dans le vide, mais il m’a regardé avec l’air de croire que je doutais, ce qui était bien le cas. Lui ne connaît pas le doute et ça semble être payant. Il a juste fait le plein avec un liquide bizarre dont nous n’étions pas très surs de la provenance, mais comme il était écrit essence sur le bidon, il y est allé franco.

Il m’a quand même concédé de remettre un peu d’air frais dans ses pneus qui en manquaient autant que les poumons d’un asthmatique qui aurait décidé de griller une clope au sommet de l’Himalaya.

Nous commençons la descente et je le suis, désireux à l’avance d’assister au réveil de la madone. Ça crache, ça pète, puis, ça commence à fumer à gauche, signe d’une bonne nouvelle puisque la moitié du moulin semble être en mesure de produire quelque chose, et, que, pour avoir déjà vu rouler le monstre, c’est quand il ne fume pas qu’il faut s’inquiéter. Ça saccade, et commence à crachoter à droite, jusqu’au réveil bruyant de cette seconde moitié dont l’échappement ne doit probablement encore sa présence qu’à l’habitude qu’il a d’être là.

Je me place à côté et ne peux que profiter éberlué de son absence totale de satisfaction puisque, dans son esprit, il est impossible qu’il en soit autrement, il n’a même pas imaginé que sa moto puisse ne pas démarrer. J’adore ce mec avec lequel je partage un goût immodéré pour les débats de toute nature, qu’ils soient utiles ou pas d’ailleurs, et qui me surprend toujours par cette conception magistrale de la vie où il est hors de question de s’encombrer de problème matériel.

Seulement, la Germaine a décidé de fuiter comme un vieux lave-vaisselle. Comme je le suivais, j’aurais pu refaire son niveau d’huile en tordant la jambe gauche de mon pantalon et son niveau d’essence en tordant la manche droite de ma veste. 
— Tu tires trop, lui ai-je dit, profitant d’un arrêt à un stop, ta teutonne tente honteusement de téter toute ta tisane.

Il est bon de s’entendre sur le « tu tires trop », celui-ci n’ayant pour but, outre celui de rajouter des T dans ma phrase, que de créer un sursaut de fierté quant aux performances de sa belle qui permettrait peut être qu’il accepte qu’elle défaille, car, en fait de tirer, nous nous sommes fait gratter par tous les jeunes en mob et avons peiné à dépasser un troupeau de cyclotouristes bedonnants. La stratégie semble payante et nous voici à l’arrêt sur un parking.

Ma pensée s’échappe à me demander si cette moto n’est pas plus rapide aux ralentis sur sa béquille, tant les vibrations l’emmènent. J’ai d’ailleurs mis ralenti au pluriel car il parait bien qu’elle en a plusieurs, à la fois au regard des régimes différents vers lesquels elle saute allègrement d’une seconde à l’autre, mais aussi de cette tendance surprenante que chaque cylindre a de paraitre mener une vie indépendante de son congénère. Ce n’est pas un twin, c’est un bi-mono. Faudrait lui mettre une chaine, pas pour éviter qu'on la vole, mais pour éviter qu'elle ne se barre toute seule.

Visiblement, tout ce qui est sensé contenir de l’huile en perd, de la fourche au cardan. Je glisse à mon pote de bien regarder, ce qui lui permettra de deviner où il est normalement utile qu’il s’en trouve, mais, ça ne semble pas le toucher car il me glisse que ce qui l’étonne, c’est que, finalement, ça soit les rétroviseurs les dernières pièces semblant en état sur cette moto, pourtant issue d’un peuple qui a plus souvent avancé qu’il n’a reculé. Je lui suggère que, peut être, les rétroviseurs ne s’usent que quand on s’en sert et cette réflexion le satisfait au point que nous pouvons revenir à nos moutons.

Mon pote décide de rejoindre la maison sans autre forme de procès, s’offusque que je suggère de vérifier au moins le niveau d’huile moteur, arguant qu’ils en mettent toujours trop, donc qu’il doit en rester assez. Ben, c’est possible, lui dis-je, mais c’était il y a longtemps.

En le suivant au retour, décalé pour ne pas rouler dans le gras, je me dis que Don Quichotte sur sa Rossinante, ça devait ressembler à ça.

Etonnante machine, qui l’a ramené une fois de plus à la maison, comme un vieux cheval fidèle ramenant le facteur le jour de la tournée où il portait les pensions des vieux, et qui a l’air prête à se contenter du peu qu’il lui donne.

Une fois posé à table devant un coup, il est sorti de ses songes pour me dire que « ça fait du bien un tour en moto, on devrait faire ça plus souvent ». Le pire, c’est qu’il a raison, je me suis en définitive bien amusé, le tout étant de ne pas lier le plaisir au nombre de kilomètres parcourus“. 


Merci à Salfepa.

mardi 22 novembre 2016

Comment c'est fait? (Supprimé)

Pour des raisons qui me sont personnelles, j'ai supprimé cet article, centré sur la fabrication d'une aiguille traditionnelle d'acupuncture.
Les personnes qui se sentiraient frustrées peuvent prendre contact avec moi en utilisant le moyen de commentaire, ci-dessous.
D.

lundi 21 novembre 2016

Je suis fatigué...


Un texte anonyme plein de bon sens, que je publie volontiers. Il fut lancé sur le net, il y a quelques mois, et résume la rancœur de la plupart des citoyens français d'aujourd'hui, devant la perte de nos "valeurs". Ce vocable, utilisé à tort et à travers, désignant pour moi tout ce que nous considérons comme venant de notre culture profonde, de notre histoire, de notre civilisation.

Je suis fatigué. J'ai 70 ans. J'ai travaillé à l'école, réussi ma carrière sans l'aide de mes parents. Fils d'ouvriers, je n'en ai pas honte ! Mais je m'aperçois que tout va de travers de plus en plus chaque jour.

Les semaines de travail étaient longues sans 35 heures, ni RTT. C'était comme ça ! On ne s'en plaignait pas vraiment. Je n'ai pas hérité de biens substantiels. Ma position professionnelle et sociale ne m'a pas été donnée non plus. J'ai travaillé pour ça.

Et au soir de ma vie, je suis fatigué.
Je suis fatigué de m'entendre dire que je dois partager ce que j'ai, avec des gens qui n'ont pas mon honnêteté. Fatigué de constater qu'en permanence nos gouvernements, de quelque bord qu'ils soient, me prennent de l'argent pour donner à des gens trop paresseux pour travailler. Bien sûr, je veux bien aider ceux que le sort a brutalement frappés : chômage, maladie grave. Mais ce n'est pas le cas de la majorité des personnes concernées.

Je suis fatigué de m'entendre rappeler combien la France va mal, par la faute bien sûr de la droite, mais aussi des socialistes (ou apparentés) millionnaires comme Mrs Fabius, Strauss- Kahn (avant la chute), Noah, Berger, de Mmes Bouquet, Balasko, etc...

Fatigué de recevoir des leçons des mêmes, qui appellent de leurs voix une France ouverte à tous, alors que tant d'entre eux résident à l'étranger pour ne pas payer leurs impôts en France. Dans 20 ans ou 30 ans, si on continue à les suivre comme on le fait déjà, nous aurons l'économie d'un pays sous développé, la liberté de la presse en Chine, la violence du Mexique et l'intolérance de l'Iran.

Je suis fatigué du comportement hégémonique des Syndicats qui ne représentent pas grand monde, mais n'hésitent pas à paralyser tout le pays pour satisfaire des intérêts purement corporatistes, pour beaucoup hors du temps, sans aucun souci du bien de la collectivité.

Je suis fatigué que notre tolérance vis à vis des autres cultures nous amène à considérer comme normal que l'Arabie Saoudite finance chez nous des mosquées où l'on prêche la haine de l'Occident, avec les subsides qu'elle tire du pétrole alors qu'elle proscrit sur son sol la construction d'églises et synagogues.

Je suis fatigué d'entendre à longueur de temps que je dois diminuer mes émissions de CO2, parce que c'est « bon pour la planète », alors que la Chine inaugure deux ou trois centrales thermiques par semaine.

Je suis fatigué de m'entendre dire que notre tradition d'asile nous oblige à accepter tous les miséreux de la planète, à payer pour eux, même quand ils sont clandestins ou n'ont jamais travaillé ni cotisé un centime chez nous, et je suis encore plus fatigué de constater que nos personnages politiques, de droite comme de gauche, trouvent apparemment ça très bien puisqu'ils ne font rien pour y remédier quand ils sont au pouvoir, ou approuvent quand ils sont dans l'opposition.

Je suis fatigué des Français je crois ! Prétentieux, donneurs de leçons, égoïstes, assez lâches et finalement pas sérieux.

Fatigué de devoir payer des impôts fonciers largement augmentés, alors qu'on s'est privé pour payer notre maison et maintenant payer un loyer à l'état !

Je suis heureux d'avoir bientôt 70 ans. Je ne verrai pas le Monde que nous préparons consciencieusement par veulerie. Mais je plains sincèrement mes descendants.

Un grand-père indigné.




dimanche 6 novembre 2016

Mais qu’est-ce qu’un photophone ?


 Photophone ou photophone ?
Je viens d’apprendre qu’il y a aujourd’hui une tendance de débaptiser le téléphone portable de son nom anglophone smartphone, pour l’affubler d’un nouveau nom : le photophone.

Il est vrai que le mot smartphone, pour téléphone intelligent, n’est pas très académique, et fait plus allusion à une intention commerciale qu’à une caractérisation physique de l’appareil.
Par contre, on devine que l’association du mot photo au suffixe phone décrit un appareil qui peut prendre des clichés et émettre des sons.

Historique
Cependant, l’histoire de la science nous apprend que c’est Graham Bell, l’inventeur du téléphone, qui utilisa le premier ce mot, en 1878, pour décrire l’appareil qu’il venait d’inventer. Un appareil qui transmettait des sons sans fil, un téléphone optique en quelque sorte. 

Voici des documents d’époque, proposés entre autres par Wikipedia.

 
Emetteur à gauche, récepteur à droite (plan schématique tiré d’un brevet de Bell).
 

 
"Le photophone de Bell faisait vibrer un rayon de soleil. Le receveur transformait les variations d'intensité lumineuse en sons..."

Graham Bell était très fier de cette invention car elle se passait de fils. Mais il dû la laisser de côté pour se consacrer pleinement à la mise au point du téléphone classique que nous connaissons, bien plus efficace.
En effet les premières liaisons par photophone ne dépassèrent pas 200 mètres. Mais le principe du sans fil était exaltant en lui-même, et son inventeur considérait cette trouvaille comme bien plus géniale que le téléphone par fil.



Emetteur

Dans les années qui suivirent de nombreux scientifiques se lancèrent dans des recherches complémentaires sur ce mode de transmission, comme A. Breguet, A. Weinhold, Sir William H Preece, S. Bidwell, la Compagnie Marconi, etc.
Un chercheur allemand, Ruhmen, avait même amélioré l’appareil de Bell, au point d’en équiper les navires de guerre de son pays. 


Principe de fonctionnement
La communication utilise l’optique pour transmettre des sons à distance : la voix fait vibrer un miroir qui est éclairé par une source violente. La lumière réfléchie se trouve “modulée“ par les vibrations. Il suffit de la réceptionner sur un cristal de sélénium, par exemple, et d’en déceler les vibrations avec un écouteur.
On sait que le sélénium voit sa résistance électrique varier selon l’intensité de la lumière qu’il reçoit. Il ne reste plus donc qu’à mesurer ces variations, qui sont les mêmes que celles qu’avait subies le miroir, les amplifier pour les rendre audibles.

Ce montage est fort simple, et aujourd’hui, il est possible à chacun de se lancer dans l’expérience sans trop de difficulté, car pour la partie optique, nous disposons de ces émetteurs laser pas plus grands qu’un stylo, dont la lumière est perceptible à grande distance. Pour la réception, nous pouvons encore augmenter le faisceau optique à l’aide d’une lunette astronomique ou même d’une simple paire de jumelles. Le signal sera ensuite traité par un amplificateur classique.

Un de mes amis, auteur par ailleurs de nombreuses inventions, a réalisé une liaison tout à fait audible sur une dizaine de kilomètres. Voici d’ailleurs, de sa main, le schéma explicatif de son installation, basique mais efficace : 


Dessin J.-F. L.

Faites-nous part de votre record de distance !

lundi 31 octobre 2016

Une histoire de fourmis (vidéo) ...


Je reviens aujourd'hui sur une observation peu courante, filmée par un myrmécologue amateur… 
Pour l'occasion, je reprends et complète avec la vidéo, mon article de novembre 2013 "Des parasites pour tous".

Myrmécologie : science liée à l'entomologie spécialisée dans l'étude des fourmis.



Les espèces de fourmis sont très nombreuses, et leur comportement varié. Les fourmis endémiques se mêlent à des fourmis invasives, représentées chez nous par la fourmi originaire d’Argentine, la fameuse petite fourmi orangée, collante et teigneuse, qui se faufile dans les moindres interstices du sol du jardin ou du carrelage de la maison. Cette espèce, importée, comme son nom l’indique, couvre une partie de l’Espagne et du sud de la France. Son domaine semble s’étendre progressivement.


Aux Etats-Unis, dès le début du XXème siècle, une espèce au contact redoutable, dite red imported fire ant (RIFA) à cause de son origine et de la brûlure provoquée par sa piqûre, ou, plus savamment solenosis invicta, s’installe et se multiplie, devenant une véritable plaie. Nous verrons comment les autorités ont décidé de la combattre. 
Si les fourmis sont si nombreuses et si fréquentes, c'est sans doute parce qu'elles n'ont guère de prédateurs. On imagine principalement le fourmilier, ou son clone le tamanoir, que l’on se représente ramenant sa langue filiforme, chargée de fourmis engluées. Une scène de prédation qui se passerait dans un pays exotique, au détriment de fourmis innombrables et hyper-actives, mais qui ne manque pas de nous laisser un peu frustrés par ses limites, devant la présence envahissante, et, semble-t-il, indestructible de cette engeance. 

  
Le fourmilier (photo nature.ca)

Dans nos contrées, enfant, nous avons longuement observé à plat-ventre, la larve du fourmi-lion, tapie au fond d’un entonnoir creusé dans le sable, attendant qu’un mini-éboulement la prévienne de l’arrivée d’une proie. Celle-ci sera bientôt aspergée de jets de sable et entrainée dans les profondeurs du piège. Mais compte tenu du faible rendement de cette technique de capture, on peut supposer qu’elle ne met pas en danger l’espèce myrmécole. 
Pour les curieux, voici un excellent article illustré sur le fourmi-lion et ses techniques : https://www.insectes-net.fr/fourmilion/fourm3.htm
Il existe aussi, parmi ceux que l’on peut considérer comme des prédateurs, des insectes redoutables dont la descendance est assurée – bien malgré elle - par la fourmi. Très petits, ils agissent avec beaucoup d’adresse et de persévérance pour effectuer le travail de leur vie : pondre leurs œufs dans le corps d’une fourmi vivante. On devine que ce dernier servira de couveuse et de garde-manger pour la future larve qui devra sa vie à la mort de la fourmi. Compte tenu de leur mode de reproduction, et de leur comportement, ces agresseurs sont appelés parasitoïdes.

Depuis des années, de nombreuses observations ont permis de recenser plusieurs dizaines de diptères, et au moins autant d’hyménoptères, adeptes de cette technique de reproduction. Signalons cependant que d’autres insectes que les fourmis sont victimes de la même technique de parasitage. 
 
Mini-guêpe parasitoïde (photo MyrmécoFourmis)

D’après les renseignements que j’ai recueillis sur le net, l'un des plus connus parmi les parasitoïdes des fourmis serait un diptère de la famille des phoridae
  
La phoride (photo Wikipedia)
De très petite taille (1 mm), il fait penser à la mouche drosophile, bien connue des scientifiques, mais lui présente une bosse caractéristique sur le dos de son thorax. Il existe des centaines d'espèces de phorides, chacune s'intéressant à une espèce particulière de fourmis ou d'autres insectes.

On a parlé aussi de rares cas de phorides pondant dans le corps humain, et provoquant des myiases, infestations cutanées et sous-cutanées qui ressemblent à des furoncles (pays chauds).

Les Américains, ont décidé d’utiliser des phorides pour lutter contre les fourmis de feu (RIFA), invasives depuis les années 30. La technique de ce moucheron US est différente. D’après une vidéo (à partir de 1'10), le moucheron pique la fourmi au niveau du thorax en plongeant rapidement sur elle, puis il remonte alors que la fourmi s'écroule une seconde ou deux, comme victime d'un violent traumatisme. 

 
Phoride s'attaquant à une fourmi de feu (photo Gurumed)

Quelques jours ou semaines plus tard, la tête de la fourmi est séparée de son corps grâce à l’action d’une enzyme produite par la larve, et le moucheron en sortira tout à fait complet, de la même façon que la cigale ou le papillon sortent de leur chrysalide. C'est ce qu'on voit au début de cette même vidéo.

Aux États-Unis, les résultats de l'action des phorides ne semble pas suffisamment efficace. En Caroline, la RIFA est également la proie favorite d'une plante carnivore, la venus flytrap  ou dionée-attrappe mouches.

Pour ma part, tout-à-fait ignorant en la matière, mais porté à observer les choses de la nature, et ayant la chance d’habiter la campagne, j’ai eu l’opportunité, à maintes reprises, d’observer le manège de certains de ces minuscules moucherons en train d'agresser mes fourmis commensales.

D’après ce que j’ai pu observer, le moucheron choisit sa proie parmi l’espèce la plus grosse existant dans mon jardin, la tapinoma.

 
Espèce tapinoma (photo DCO)
  Ensuite, il suit la fourmi, d’un vol nerveux, parfois parfaitement calqué sur la trajectoire de l’insecte, à environ 1 cm d’altitude, en se tenant à l'aplomb de l’arrière de l’abdomen de la fourmi.

Soudain, il plonge sur la fourmi d’une façon tellement rapide qu’on le retrouve aussitôt en vol. Généralement la fourmi sursaute violemment en rentrant son abdomen. Elle accélère follement sa course pendant quelques secondes. Mais le moucheron reprend son manège et s'apprête à recommencer.

Parfois la rencontre d’une autre fourmi va pousser le moucheron à changer d’objectif. D’autres fois, ce sont deux moucherons qui harcèlent la même fourmi.

Tout ceci fut pour moi une découverte, et une grande surprise. Je décidais alors d’essayer d’enregistrer photographiquement ces phénomènes, pour pouvoir faire partager mon étonnement. Mais comment procéder? On se doute bien qu’une photo, prise au vol, sera totalement illisible, à cause de la petite taille du moucheron, du fond d’image inapproprié contre lequel il deviendra invisible, et de la rapidité de ses mouvements qui empêche toute mise au point précise.

Ne disposant pas d’appareil de prises de vue prévus pour ce type d’enregistrement, j’ai cependant plusieurs fois tenté de filmer le phénomène à l’aide d’un appareil photo numérique réglé sur vidéo et muni d’un réglage automatique de la prise de vue en mode macro. Il faut signaler qu’une fourmi ne s’arrête pratiquement jamais (sauf parfois pour dépecer une proie), et que sa course zig-zagante, imitée ici avec une précision homothétique par le moucheron, est difficile à suivre avec un appareil démuni de viseur. Nombreux furent les échecs, jusqu’au jour heureux, où ces fourmis ont bien voulu poser pour moi, et pour vous. J’ai pu filmer plusieurs séquences le même jour, s’étalant sur près d’une demi-heure. Les fourmis avaient eu la bonne idée de grimper, à partir du sol où ma position n’était pas confortable, le long d’un muret d’environ 1 mètre de haut, et ensuite, d’évoluer (très lentement pour une fois), à son sommet.
On reconnaît la phoride à son dos bossu (photo DCO)

Vous constaterez que cette fois, les piqués et les piqûres sur la fourmi n’ont entraîné aucune réaction de fuite de sa part, ce qui m’a permis de continuer à filmer la scène.

L’action étant assez répétitive, je n’ai conservé qu’une petite partie de mes rushes, que j’ai montés en les associant à des photos elles-mêmes issues du film, et agrandies autant que faire se pouvait.

Le résultat, compte tenu du modeste matériel utilisé, et de l’absence de préparation, est cependant regardable, et j’espère qu’il va retenir votre attention pendant les 6 minutes de la vidéo.


dimanche 9 octobre 2016

Gloire, ou repentance?


À un moment où le monde occidental se préoccupe plus de faire son mea culpa et de condamner son passé que de s'en féliciter et construire son avenir, il est peut-être utile de rappeler certaines vérités de notre histoire. 

La colonisation, maintenant honnie, était au début du XXème siècle, un concept totalement en accord avec la mentalité de l’époque, pour des raisons intellectuelles, sécuritaires, civilisatrices, philanthropiques, et économiques.
La connotation même du mot était différente. Elle faisait principalement allusion à la possibilité d’apporter aux régions sous-développées, les moyens d’approcher le niveau des pays occidentaux, dans une démarche où le projet exaltant de faire une bonne action n’était pas absent.
Dans cette optique, il était tout à fait naturel que les élans généreux se multiplient, chacun voulant apporter sa contribution à ce défi nouveau, noble et digne. 

Tout cela est oublié aujourd’hui, ou déformé d’une façon qui constitue une insulte envers ceux qui ont participé avec fierté à cette épopée humanitaire, spontanément, sincèrement, et douloureusement parfois.
C’est ainsi qu’en décembre dernier, sous le titre : "Vous avez dit : désinformation", je pouvais écrire ceci :
Le rôle civilisateur des instituteurs dans les colonies, a été considérable. À des populations figées depuis la nuit des temps dans une stérile tradition, ils permirent l’accès à la culture, à une avancée vers une ère nouvelle, plus moderne et plus prometteuse.
Jeunes gens décidés, ils adoptèrent sans calcul ces pays de soleil non encore structurés, et eurent à cœur de les modeler de leurs mains pour les sortir de l’ombre moyenâgeuse dans laquelle ils croupissaient depuis la fin de l’occupation romaine. Pour ce faire, ils mirent en œuvre leur courage et leur détermination, autant que leur savoir et leur dignité.
Le prestige de l’école française, et par suite de la France, qui en est résulté, est à verser à leur crédit.

Récemment, contacté par le Centre de documentation historique sur l'Algérie*, j’ai accepté de témoigner d’un aspect de cette action civilisatrice, en mettant en scène des personnages que je connaissais bien parce qu'ils avaient eu une une importance capitale dans ma vie.
Je n'ai eu qu'à puiser dans mes souvenirs pour raconter ce qu'a été la vie des instituteurs pendant cette période, une période dont la gloire est niée, et l'histoire volontairement déformée par les tenants de la pensée unique.

Voici un texte d'une dizaine de pages, qui comporte des ajouts et des extraits de mon article paru dans le n° 63 de la revue du CDHA, “Mémoire vive“.
* www.cdha.fr

*


Alger, été 1920.
  Il faut te décider à faire quelque chose de ta vie ! Tu as ton Brevet Élémentaire, tu peux mieux faire !
Les paroles dures mais sensées de son grand frère résonnaient encore dans sa tête, alors que, ballotté par les cahots, il participait à la progression de la patache qui gravissait lentement la route poussiéreuse. Derrière lui, à chaque lacet, la blanche agglomération exposait à la vue des passagers, une étendue un peu plus grande. Maintenant, le port se dessinait en contrebas, comme un bassin miniature garni de petits bateaux et aussi du vapeur qui l’avait amené jusqu’ici, et qui semblait déjà prêt pour un prochain départ.

 
Le port d'Alger
Le jeune homme, de belle stature, au profil romain et aux boucles brunes, tenait sur ses genoux un sac de voyage qui contenait ses trésors. En quittant sa petite chambre mansardée du quartier du Panier, il avait réuni quelques affaires indispensables à ses yeux, surtout parce qu’elles représentaient toute sa fortune, qu’elles étaient l’ensemble de ses biens matériels.
Elles lui suffiraient pour commencer sa vie de pensionnaire à l’École Normale d’Instituteurs de la Bouzaréah, sur les hauteurs d’Alger. Marseille et ses compagnons d’infortune, la Corse et ses proches parents étaient loin maintenant. Une nouvelle vie commençait dans un pays à construire, dans un environnement vivant, lumineux, chaud et odorant. Sous ce ciel d’un bleu profond, presque bleu marine, comme il n’en avait jamais vu auparavant, il sentait une énergie nouvelle l’envahir, un enthousiasme de créateur bouillonner en lui.

 
École Normale d'Instituteurs de la Bouzaréah
Il y avait tellement à faire !
Envahisseurs venus du Moyen-Orient, les successifs colonisateurs de l’Afrique du Nord avaient soumis les véritables enfants du pays, les peu nombreux Berbères. Les progrès amorcés par les Romains dans les domaines de l’habitat, des routes, des structures portuaires, de l’agriculture, n’avaient pas été poursuivis. Le pays était resté en dehors de l’évolution de l’ère moderne, se contentant, selon une terrible tradition presque millénaire, d’envoyer des armées de pillards dévaster les régions méridionales de France et d’Europe, et d’y prélever, en plus du produit des récoltes, des esclaves et des captives.
Après l’intervention militaire de la France pour faire cesser ces razzias, une fois l’occupation réussie et le calme rétabli, tout restait à construire dans ce pays presque vierge, aux ressources naturelles inexploitées.
Un enseignement aussi dense que varié était prodigué dans cette école pour instituteurs. On n’y apprenait pas seulement la pédagogie, ou les moyens de se placer à la portée des futurs élèves, qui ignoraient tout de notre langue et de notre culture. On abordait aussi la sociologie, ou tout au moins la manière de se comporter avec les autochtones pour ne pas heurter leurs coutumes ou leurs rites. Le secourisme et les premiers soins faisaient partie du programme, de même que les techniques d’élevage des animaux domestiques, l’art vétérinaire, et bien sûr l’agriculture.
Des mois plus tard, son diplôme en poche, après avoir de sa belle écriture, rempli de nombreux cahiers de cours, et absorbé ce nouveau savoir, il sut que son avenir était tout tracé : il ne serait plus un insignifiant receveur de tramways, et les ruelles de Marseille ne seraient plus jamais son terrain de jeux en compagnie d’adolescents déstabilisés par la grande guerre, livrés à eux-mêmes dans les dangers d’une ville en désordre, meurtrie par la disparition de ses forces vives.
Il ne serait plus un simple numéro parmi une multitude futile, car un rôle plus exaltant l’attendait. Avec ses collègues instituteurs, avec les ingénieurs et les ouvriers du bâtiment, avec les agriculteurs, avec le personnel de santé, avec l’armée, avec l’aide aussi d’autochtones volontaires, il allait participer à la création d’un pays neuf. Il allait aider une population moyenâgeuse à approcher le niveau d’une nation moderne. C’était là le credo de tout pays civilisé au début du XX ème siècle.
*
Comme ses collègues, le nouvel instituteur, en même temps que l’essentiel de son savoir d’enseignant, avait acquis le minimum de connaissances pour surmonter les difficultés psychologiques de l’isolement, et les problèmes de la vie matérielle dans le bled profond et hostile qu’il serait amené à habiter bientôt.
Ses cahiers, recouverts d’une très belle écriture à l’encre violette, constitueront son vade mecum. Il les emportera vers son école lointaine, mêlés à quelques livres utilitaires, fournis par l’administration et rédigés pour cet usage précis. 
 
Un cahier de cours
Pendant quelques années, ses premières affectations se firent dans divers villages, où il fut intérimaire, remplaçant, ou adjoint, comme on disait pour faire la différence avec le directeur de l’école.
Plus tard, c’est dans l’un de ceux-ci qu’il allait, dans une pension de famille où il prenait ses repas, rencontrer une jeune fille aux yeux clairs, institutrice elle aussi. Lorsqu’ils se furent épousés, l’administration considéra qu’elle disposait là d’une équipe idéale pour occuper les fonctions d’enseignants dans une école à deux classes, comme c’était souvent le cas. En Kabylie, ces établissements ne se trouvaient que dans des mechtas au fin fond du pays, sur d’improbables collines sans routes, à des heures de toute civilisation.
C’est ainsi, que, fin septembre 1928, elle, tenant dans ses bras Marie, leur jeune bébé d’un an, lui, portant les grosses valises de vêtements, s’approchaient dans la nuit encore épaisse, de l’arrêt de l’autobus qui les emporterait vers ce qui allait être leur lieu de vie pour les neuf mois à venir. La malle-cabine était déjà sur l’impériale, et bientôt, au milieu des cris et des adieux, le car s’ébranla laborieusement dans les ombres de la nuit, vers l’inconnu.
À petite vitesse, sur des routes de plus en plus rudimentaires, l’autobus allait rouler jusque tard dans l'après-midi, pour les déposer finalement dans un gros village, où une modeste chambre d’hôtel leur permettra un semblant de repos, troublé cependant par d’indésirables punaises de lit.
Au petit matin, un jeune kabyle au visage ouvert, viendra frapper à leur porte :
— Bonjour, je suis Mokrane, le muletier. C’est le caïd qui m’envoie pour vous conduire à l’école. J’ai trois mules avec moi.
Les caïds étaient des acteurs importants des relations entre les communautés. Salariés par l’administration, et favorables aux idées de progrès et de développement de leur pays, ces notables musulmans se comportaient toujours de manière fort affable avec les envoyés de la France en général, et avec les représentants de l’enseignement en particulier.
Les membres de notre petite famille, après une marche de plusieurs heures dans les collines quasi-désertiques, parmi les petits champs clos de murs de pierres sèches, parfois entre deux haies de figuiers de barbarie, ou sous les oliviers et les chênes-lièges, se dirigent vers l’école du petit village perdu, blotti au sommet d’une colline. Au cours du chemin, ils découvrent des paysages nouveaux, parfois chevauchant, avec la lumière du matin la croupe des collines, ou bien jouissant de l’ombre fraîche de l’ubac. Ils reçoivent avec étonnement les senteurs particulières de l’endroit, comme celles que dispensent les figuiers au soleil, ou l’odeur un peu âcre des olives perdues sur le chemin, mêlée à celle du crottin des animaux.
Ils constatent, avec soulagement, la présence le long du sentier, de poteaux supportant une ligne téléphonique.
Mais dans le petit logement de fonction, ils ne trouveront pas d’eau courante, ni d’électricité. Au-dessus des classes, leur nouvel habitat se compose d'une salle à manger, d'une cuisine, de deux chambres, et d'un water-closet à la turque au bout du balcon. La cuisine comporte un réservoir qu’on doit remplir d’eau, au-dessus d’un évier de faïence, une cuisinière, une table et un placard. Accroché au mur, l’indispensable garde-manger en fin grillage. Dans les autres pièces, une cheminée, un placard, des lits rudimentaires dans les chambres.
Lorsqu’on tourne fort la manivelle, une magnéto produit du courant qui permet de faire fonctionner le téléphone mural. La sonnerie atteint la poste la plus proche où l’opératrice redirige l’appel vers son destinataire, à l’aide fiches qu’elle glisse dans les trous cuivrés d’un tableau électrique. Cet instrument est un très précieux lien avec la civilisation, le médecin, ou les secours éventuellement.
Cet endroit rustique, calme mais isolé, sera leur lieu de vie jusqu’en juillet prochain. Les voici sur le balcon, appuyés l'un contre l'autre comme pour se rassurer, le cœur empli de crainte et débordant d'attente, alors qu'ils laissent leur regard découvrir le paysage nouveau qui les entoure. Vers le Sud, il est arrêté par les dents de scie du Djurdjura tout proche. Plus près, autour d'eux, des collines se succèdent, portant sur leurs crêtes de minuscules hameaux qui distribueront bientôt leurs joyeuses troupes d’écoliers curieux.
*
Pendant que le bébé dort, les jeunes parents font le tour du propriétaire. Les classes sont claires, bien équipées. Leurs murs portent les cartes de géographie de la France et de l’Afrique. Le tableau noir repose sur un trépied semblable au chevalet d’un peintre. Les placards contiennent le nécessaire pour faire travailler les élèves. Il y a là la réserve d’encre violette en comprimés, les boîtes de craies, les ardoises au cadre de bois, les cahiers à la couverture glacée illustrée d’un coq chantant, les porte-plumes tout neufs à côté des petites boîtes de plumes Sergent-Major, prévues pour permettre aux élèves de réaliser les pleins et les déliés.
Dans un coin du placard, plusieurs petits fagots de lamelles de roseau, avec l'étiquette "Bûchettes pour le calcul", écrite de la main du précédent enseignant. Elles sont destinées à être manipulées par les élèves lors de l'apprentissage des additions et des soustractions.
Les deux classes donnent sur une petite cour entourée de murs et fermée par un portail. Derrière le bâtiment s’étend le jardin, qui comporte une source, parfois un puits. Ce jardin aura une double destination : permettre aux instituteurs et à leur famille de cultiver des légumes destinés à leur propre subsistance, et constituer pour les élèves un lieu d’apprentissage d’agriculture raisonnée. Chaque jour, la dernière heure de classe se passera au jardin où les élèves disposent chacun d’un petit carré à cultiver.
*
Mais septembre se termine, et voici venu le moment des inscriptions. Le père et parfois la mère du futur l’élève sont là, un peu intimidés, les papiers à la main. Les enfants prennent un air grave parce qu’ils devinent l’importance de l’aventure qui leur est proposée.
Puis viendra le jour de la rentrée, généralement autour du 1er octobre.  Les enfants sont impatients, curieux et facilement dissipés. Mais ils ne tardent pas à reconnaître instinctivement l’autorité du maître d’école, ou de la maîtresse, qu’ils respectent bientôt sans hésitation ni calcul.
Bien avant l’heure, ils vont s’agglutiner contre le portail rouillé, le polissant par leur présence impatiente, et lui donnant à la longue l’aspect du vieux bronze. Pieds nus été comme hiver, ils sont vêtus, à même le corps, d’une simple gandourah de tissu de coton, de couleur fade, parfois bordée par un petit galon, blanc à l’origine.
Lorsque le temps fraîchit, leur habillement se complète du fameux burnous de laine blanche filée bien irrégulièrement, souvent réalisé par les femmes de la famille sur un rudimentaire métier à tisser aux armatures mal équarries, polies par l’usage. Le burnous a la forme d’une cape. Parce qu’il est cousu au col, on doit l’enfiler, mais il est ouvert sur le devant, et comporte un capuchon qui sert de poche. C’est là qu’à midi, l’enfant ira pêcher un morceau de galette à l’odeur de fumée, et quelques figues sèches. L’un des deux pans sera souvent jeté sur l’épaule opposée d’un geste large, laissant, parmi les drapés du tissu, le passage pour les mains lorsque c’est nécessaire.
Sur la tête, l’inévitable chéchia souple en feutre rouge, avec un petit pétiole au sommet. Dans la Petite Kabylie, elle disparaît sous les torons d’un turban blanc, même chez les enfants. Mais habituellement ce sont seulement les adultes qui portent ce fier attribut.

*

Chez les nouveaux arrivants, en cas de problème de santé, le bon sens et les circonstances voulaient que la famille se débrouille avec les moyens du bord. Dans l’armoire à pharmacie se trouvent des bandages, du permanganate de soude en comprimés violets, de l’aspirine, et quelques autres produits de base. Un énorme dictionnaire médical avec planches en couleurs avait été édité pour répondre aux urgences dans ces endroits éloignés de tout secours. Un dernier ingrédient était indispensable pour assurer la permanence de la vie en ces lieux : le courage. Mais on ne le trouvait pas dans la pharmacie.
Bien sûr, un médecin est joignable à quelques heures de marche. Son officine se trouve dans le plus proche village de colonisation, et ses conseils par téléphone peuvent rendre de grands services.
Pour la vie de tous les jours, nos jeunes gens seront secondés par le gardien de l’école, véritable homme à tout faire, qui les aidera aussi dans leurs relations avec les habitants. Ceux-ci sont disséminés sur les sommets des collines avoisinantes, en de petits hameaux de maisonnettes d’adobe, qui les abritent dans la compagnie traditionnelle des poules, de l’âne, et de quelques ovins. Les logis sont accolés frileusement les uns aux autres, séparés seulement par de minuscules ruelles tortueuses, qui recueillent aussi les eaux usées grisâtres, à l'odeur écœurante.
*
Les petits kabyles étaient la plupart du temps vifs et intelligents. Sans connaître un seul mot de notre langue, ils étaient capables — aidés en cela par la qualité et l’engagement des enseignants — de suivre le niveau d’un cours moyen, 2 ou 3 ans plus tard. L’enseignement était prodigué en français, et la langue était apprise “en cours de route“, pourrait-on dire. Pour les plus petits, c’était évidemment la lecture et l’écriture qui occupait le plus les instituteurs. Le calcul était l’occasion d’apprendre de nouveaux mots, de même que les fameuses leçons de choses. La bougie, la casserole, ou la poule, seront l’objet de la leçon du jour. En fin de journée, ou le lendemain, on reviendra quelque peu sur le sujet pour une petite révision du vocabulaire. 
Des promenades de classes avaient lieu régulièrement, qui étaient encore l’occasion d’enseigner de nouvelles connaissances sur la nature, la flore ou la faune. Cette forme de pédagogie — qu’on appellerait aujourd’hui interactive — plaisait beaucoup aux enfants qui semblaient libérés de leur timidité dans cet espace ouvert, et se disputaient pour être les premiers à donner une réponse à la question du maître.
*
Les élèves viennent parfois de très loin, après une longue marche dans les sentiers où, par temps de pluie, les espaces entre leurs orteils nus fabriquent de petites sculptures de boue qu’ils perdront sur le carrelage de la classe, un peu plus tard, alors que leur burnous trempé rendra perceptible l'odeur du mouton dont la laine rustique le compose.
Pour les sustenter, à Timengache, dans le Guergour, une sorte de cantine est mise sur pied. Avec l’aide de l’administration qui envoie des sacs de pâtes, de riz, ou de légumes secs, et qui salarie une femme du village pour faire la cuisine dans un recoin de l’école, les enfants auront une copieuse collation à midi. Ils sortiront du capuchon de leur burnous une petite cuvette émaillée bordée d’un liseré bleu. D’une bonne louchée, la femme la remplira de soupe pimentée, ou de grosses pâtes fort goûteuses baignant dans une sauce rouge.

 
La "cantine"
Un jour, dans ce même village, arrivent à l’école des hommes qui portent dans leurs bras un enfant au visage baigné de larmes. Sa gandourah est tâchée de sang. Les hommes parlent tous à la fois à l’instituteur qui ne comprend pas tout. Mais bientôt voici le gardien de l’école, qui va servir d’interprète. L’histoire est simple, mais grave : l’enfant est tombé d’un arbre et sa chute a provoqué la blessure d’un testicule, qui pend maintenant, mal en point, au bout de son cordon. L’instituteur, impressionné, tente de se remémorer ses cours de secourisme, consulte les livres, puis muni de tout son courage et de ciseaux de couturière, il procède à l’exérèse de la glande blessée, comme s’il coupait un cordon ombilical. Il désinfecte la plaie et la referme par une suture au fil à coudre.
Le voici, les mains encore un peu tremblantes, et presque aussi troublé que le gamin, qui s’est comporté, malgré la douleur, avec beaucoup de dignité. Ce dernier est maintenant souriant, comme ses accompagnants, et tous ont l’espoir non formulé de voir sa descendance en partie assurée.
Une autre fois, c’est à Mechtras (Amecras), près de Boghni, que des hommes se sont battus et l’un d’eux à reçu un coup de hachette au front. Il est blanc comme un linge et vacille sur ses jambes, soutenu par les autres, pas très farauds non plus. Le médecin le plus proche est à plus d’une heure de marche. On fait asseoir le blessé sur les marches de l’escalier. Lorsqu’on retire le chiffon sale imprégné de sang qui couvre la plaie, un jet noir et continu gicle à une distance invraisemblable.
Une bonne désinfection et des pansements propres compressifs suffiront à guérir l’homme, comme tous les autres que l’instituteur aura à soigner. Ces adultes, qui ont survécu aux maladies de la petite enfance, ont une résistance étonnante.
L’institutrice, quant à elle, va être plus d'une fois sollicitée pour aider des accouchements difficiles, et mettra en œuvre son bon sens et son calme pour résoudre les complications qui se présentent parfois à cette occasion. Quelques vieux ou vieilles kabyles d’aujourd’hui lui doivent certainement la vie.
Encouragées à le faire par l’institutrice, les femmes du village, apprivoisées, lui demanderont bientôt, avec insistance, de recevoir des cours pour apprendre le français, pour savoir écrire et compter. Le secret doit en être bien gardé, car le machisme régnant ne tolère pas que les fillettes ou leurs mères reçoivent la moindre éducation, qui est réservée aux garçons, dont le statut est bien plus gratifiant dans cette culture de type oriental.
C’est une suggestion de l’institutrice qui permettra aux suffragettes kabyles de trouver le moyen de passer outre ces obstacles installés par la tradition :
— Oui, c’est bien ! On dira qu’on vient pour des cours de couture et de tricot, et sans rien dire aux hommes, tu nous apprends à écrire et à parler le français.
Ce qui fut fait, bénévolement, chaque soir après la classe. Les fillettes, les adolescentes, et les mères qui piétinaient près du portail, attendent que les enfants s’éparpillent dans les cris et les rires, pour pénétrer avec émotion dans ce lieu un peu mystérieux, dans l’antre de la culture, un endroit qu’elles pensaient ne jamais pouvoir approcher. Timidement, elles se glissent sur les petites banquettes et commencent, avec une grande application, une page nouvelle de leur vie.
L’administration n’en sut jamais rien. Et si des bruits sont parvenus aux oreilles des hommes du village, tant que cela n’entachait pas leur statut devant les autres, ils firent semblant de n’en rien savoir.
*
L’hygiène n’étant pas la préoccupation première des habitants de l’endroit, certaines maladies persistaient à l’état endémique, comme le typhus, le trachome, la gale. L’administration envoyait une ou deux fois par an des équipes médicales qui vaccinaient tous les élèves contre le typhus, en particulier. Les enfants résistaient stoïquement à la piqûre de l’aiguille préalablement plantée dans leur omoplate par une première infirmière, puis serraient les dents, les larmes pleins les yeux à cause de la terrible douleur provoquée par la diffusion du liquide injecté par l’autre soignant, à l’aide de sa grosse seringue aux multiples doses.
Le trachome, une grave infection chronique des paupières, pouvait entraîner une cécité irréversible. Les yeux presque fermés par l’infection, les petits malades ne participaient guère aux jeux de la récréation, et de retour à leur banc, collaient le nez sur le pupitre pour tenter de suivre la lecture. Les instituteurs disposaient de petits crayons de nitrate d’argent avec lesquels ils badigeonnaient chaque matin la face interne de leurs paupières.
Comme on le voit, le rôle des instituteurs du bled était fort varié, tant les demandes étaient grandes, tant les besoins des habitants divers. Il arrivait parfois qu’un litige n’ait pas trouvé de solution auprès des sages de l’endroit, ou auprès du caïd. Le chir, le maître, était alors consulté, et souvent sa parole instaurait une paix mieux acceptée, grâce à son indépendance évidente par rapport aux bisbilles locales.
En contrepartie, la population, à de rares exceptions près, se montrait prévenante vis-à-vis des enseignants. Allant jusqu'à conseiller à l'instituteur de Mechtras, de ne pas s'éloigner de la maison lors des événements de Sétif qui n'en étaient qu'à leurs prémices à ce moment précis.
*
À Timengache, au début des années 30, le nombre d’enfants du village, augmenté de celui des mechtas voisines était trop important pour la capacité de la petite école. Les deux classes, qui comprenaient des élèves de différents niveaux, étaient surchargées. Aux inspecteurs de passage, l’instituteur avait beau demander la construction de classes nouvelles, l’administration restait sourde.
Finalement, à bout de patience, il acheta un terrain près de l’école et construisit une classe. Il dépensa pour tout cela une somme qui équivalait au prix d’une automobile neuve. Le terrain seul, qui appartenait au précédent directeur de l’école fut payé 5000 francs. Vaincues, les autorités lui envoyèrent le mobilier nécessaire et un instituteur intérimaire, et décidèrent de lui octroyer un loyer. Il accueillit cette nouvelle avec satisfaction. Mais le montant en restera définitivement fixé au tarif de 1933, dans une monnaie qui ne tarda pas à se dévaluer. 
Est-il nécessaire de signaler qu'après l’indépendance accordée à l’Algérie, ce bien presque informel ne donna lieu à aucune des indemnités promises, malgré les multiples dossiers remplis. La (mauvaise) raison avancée était la destruction du bâtiment au cours des événements.
*
Lorsque fut décidée, par les autorités, l’instauration d’une élection dite du Deuxième Collège (élection de représentants spécifiques des autochtones), l’instituteur fut mandaté pour aider à organiser et surveiller le bureau de vote du village. Ce jour-là, les habitants de Mechtras et des environs, qui ne connaissaient rien à ce type de consultation, mais qui avaient plus confiance dans l’intégrité de l’enseignant que dans celle des politiciens, ne cessèrent de lui demander de décider à leur place du candidat à élire :
— Toi, tu me dis pour qui je vote. Toi tu sais.
Notre héros eut beaucoup de mal à refuser de céder à ces demandes répétées à l’infini, et eut fort à faire pour tenter d’enseigner à ces hommes frustres et ignorants les premiers rudiments de la démocratie.
Pendant que se déroulent ces activités professionnelles, et ces aventures de pionniers, les années passent. Les jours se suivent avec leurs tâches chaque fois répétées, mais chaque fois nouvelles. Dans leur métier, les enseignants étaient soumis à des règles strictes, et à des contrôles de la qualité de leur travail.
Ces inspections étaient redoutées par certains, tant les conséquences pouvaient être sévères pour l'avenir de leur carrière, car une note était attribuée par l'inspecteur, une note qui pouvait freiner ou accélérer la progression de leur promotion.
L’instituteur de notre récit, au fin fond de la Kabylie, exerçait son métier avec application et avec passion. Il préparait chaque soir ses leçons du lendemain, d’une écriture serrée et appliquée, comme le montre la photocopie ci-dessous.

 
Cahier de "Préparation" (1937)
Les visites des inspecteurs, si elles étaient protocolaires et formelles, ne le dérangeaient pas, car il avait conscience de la qualité de son travail. Dans ses différentes affectations, il vit passer plusieurs inspecteurs primaires, des inspecteurs d’académie, et même des inspecteurs d’agriculture.
Sa promotion ne fut jamais mise en danger, celle de son épouse non plus, ainsi que le laissaient déjà présager les rapports des inspecteurs.
Dans l’un de ces rapports, qui concerne l’institutrice de l’école de Mechtras, on peut lire la conclusion suivante :
“Le rapport établi par M. l’Inspecteur Primaire S., à la suite de sa visite dans votre classe du 3 avril dernier, signale la constance et l’intelligence de vos efforts, ainsi que, par voie de conséquence, la valeur des résultats qu’obtient votre enseignement. L’autorité que vous avez su gagner auprès de vos élèves est un bon point pour l’idée française que vous représentez. Je vous adresse des félicitations. Inspection Académique d’Alger, le 3 Mai 1940.”
La situation de ce couple d’instituteurs, à un moment où leur progéniture avait atteint l’âge de continuer ses études dans l’enseignement secondaire, se vit améliorée par une affectation dans une banlieue d’Alger, proche des lycées et des collèges. 
Ce ne fut cependant pas la douce antichambre d’une retraite méritée, car cette école recevait principalement les enfants d’un village nouveau, spécialement construit par les pouvoirs publics pour y loger les familles des malfaiteurs punis d’une interdiction de séjourPar contre, le temps écoulé avait adouci la rigueur des mentalités, et les pères acceptaient maintenant que leurs filles soient scolarisées. C’est pourquoi l’école comprenait une partie réservée à ces dernières, sous le contrôle d’une directrice. Notre instituteur, directeur de cette grande école, dans ce contexte particulier, fut heureux de constater que son exercice se déroulait sans anicroche avec cette population un peu hors normes.
*
Ce fut la maladie, avant la retraite, qui l’arracha à ce métier d’enseignant, à ce rôle de constructeur, de pacificateur, de civilisateur. À ce destin historique.
Je sais que lui et son épouse ont été épuisés mais comblés par leur aventure, par la noblesse de leur tâche, par les retombées de leur effort.
Ils ne se sont jamais plaints des difficultés de leur métier, des insuffisances de leurs logements, de la rudesse, des obstacles et des embûches de leur vie quotidienne.
Ils ont toujours honoré leurs engagements, et en ont pris d’autres vis-à-vis de leur conscience, qu’on ne leur demandait pas.
Ils ont été dignes avec eux-mêmes, et respectueux avec les autres.
Sans jamais attendre de reconnaissance, ils ont magnifié la fonction multiple que le sort leur avait attribuée.
Ils ont élevé quatre enfants dans la difficulté, mais dans l’amour.

Je les remercie pour ça. Je les admire. Je les aime.
Ils m’ont donné la vie. 
C’étaient François et Charlotte, instituteurs en Kabylie.


Bibliographie
"Les couleurs de l'Atlas" - par l'auteur - auto édition.