le blogadoch2

le blogadoch2

samedi 17 octobre 2020

Inventer une maladie ?

 Non, il ne s'agit pas pour un hypochondriaque d'imaginer qu'il est atteint par une maladie encore inconnue.

C'est en réalité une démarche machiavélique de la part de laboratoires voyous (pléonasme, diraient certains), pour pouvoir vendre un nouveau médicament.

Cette fois, ils n'ont peut-être pas eu besoin de mentir en trafiquant les statistiques, après avoir soudoyé quelques chercheurs véreux et autres fonctionnaires avides. Ils n'ont fait qu'œuvre d'imagination.

Nous savons maintenant qu'ils sont coutumiers du faux, adeptes du mensonge. Parmi leurs méfaits, notons que des affections ou des symptômes non classifiés, mais gênants, qui existaient déjà, ont été récupérés et considérés comme péjoratifs pour le moins, ou encore carrément dangereux. C'est le cas des prétendus méfaits attribués au cholestérol, ce produit naturellement créé par l'organisme, qui est retrouvé dans les athéromes*, et qui, pour cette raison fallacieuse, a été considéré comme le responsable de leur formation. Mais comme dit l'autre :  

— Les mouches que l'on voit sur un tas de fumier sont-elles à l'origine de sa formation?

Qu'importe le mensonge, les inutiles médications anti-cholestérol rapportent une ou 2 dizaines de millards par an aux labos-voyous du monde entier, ceux des USA en particulier.

Plus récemment, les sus-dits malfaisants ont décidé que les expressions trop marquées de l'activité chez les jeunes enfants étaient la preuve d'une pathologie qu'il fallait maîtriser et combattre. Ils l'ont appelée "syndrome d'hyper-activité infantile" ou quelque chose de ce genre, afin de faire sérieux.

Et pour mieux noyer le poisson, les petits génies de la blouse blanche ont trouvé astucieux de l'associer à une "perte d'attention", pour rendre le constat du syndrome plus accessible, plus frappant.

Cette "maladie", très fréquente aux yeux des parents américains soucieux de leur tranquillité, a été reconnue, et combattue larga manu, comme vous le devinez, à base de tranquillisants et autres sédatifs nouveaux créés pour l'occasion.

Personne ne s'est offusqué de voir des gens, apparemment sensés, droguer leurs enfants parce qu'ils "pètent le feu" ! 

Nota : Ne soyez pas surpris (si vous avez lu mes articles classés "métaphysique"), si je vous rappelle qu'à l'autre bout du Monde, à l'autre bout du temps, les Chinois d'il y a 5000 ans expliquaient déjà l'activité propre à l'enfance et à la jeunesse, par une proportion plus grande de yang, ce caractère symbolique évoquant à la fois la vitalité, la force, l'activité, la mobilité, la chaleur, la lumière... Alors que chez le vieillard, c'est son opposé, le yin, qui a tendance à prendre le dessus. 

Rien de plus naturel, mais l'ordre de la nature ne convient pas aux parasites qui s'enrichissent de la maladie, et se moquent de la mort des autres. 

On cite le cas récent — et Dieu seul sait combien de cas semblables ont eu lieu — d'une fillette de 2 ans, morte de surdosage par ces médicaments fabuleux.

On n'arrête pas le progrès.


*Athéromes : amas lipidiques de cellules diverses qui se fixent contre la paroi d'une artère.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire