le blogadoch2

le blogadoch2

jeudi 11 janvier 2018

Changer un pneu soi-même?


Dans la série "c'est inutile, donc indispensable", je me devais de poser cette question. Inutile car il y a des pros qui savent le faire et qui ont les outils pour ça. Mais indispensable aussi, pour ceux qui trouvent la vie trop chère et qui recherchent, en ce moment, tous les moyens de faire des économies. Ou encore — et surtout — pour ceux qui la trouvent trop fade et aiment relever les défis.

Cependant, se lancer dans une épreuve aussi hasardeuse, même pour les bricoleurs endémiques, entraîne des interrogations, et présente plus de risques que de recharger ses capsules d'expresso, ou ses cartouches d'imprimante. En dehors du temps exigé, à vous de décider si l'envahissant principe de précaution mérite d'être respecté...

Passons à notre mode d’emploi (tutoriel, en langage moderne).



1.- Démontage
Dégonfler le pneu. En dévissant l'obus de la valve à l'aide du petit outil qui va bien, on gagne du temps et on est certain de ne plus laisser d'air. Ne pas négliger de se remplir les narines — par curiosité — de cet air anachronique qui retrouve sa liberté dans des effluves de vieux caoutchouc...

C’est maintenant que les difficultés commencent. La figure 1 représente les éléments que nous allons affronter. Sur ce schéma, toutes les parties sont transparentes, ce qui permet de voir le bord du pneu, la tringle (noire) appliquée à l'intérieur de la paroi de la jante (jaune). La tringle est plaquée avec force par la pression de l'air sur la jante, et finit par s’y coller plus que nécessaire.


 


On voit aussi que le diamètre de cette tringle est plus petit que celui de la jante. Et c’est heureux (voir plus loin caractères gras).

Pour ôter le pneu, il faut évidemment le décoller entièrement de la jante. Et pour cela, les professionnels disposent d'un appareil qui permet d’agir sur la circonférence de la jante posée à plat, à l’aide d’une grosse tige à l'extrémité plate.
Mais, sans cet outil spécial, comment parvenir à décoller les bords du pneu?
Bien qu'il existe maintenant à la vente aux particuliers de petits appareils à levier pour ce travail, je propose deux solutions, la mienne, et une plus audacieuse, vue sur le net. Je signale en passant que de sauter sur la roue posée à plat, même avec des sabots, et même en dansant le gangnam, ne donne aucun résultat.

1.1.- Pour une roue de dimension modeste (scooter, moto, petite voiture), on peut utiliser l'action d'un ou plusieurs étaux à larges mâchoires (ou de serre-joints), que l'on aura dotés de planchettes en guise de mordaches, pour répartir l'action sur une surface plus grande. C'est laborieux, peu efficace, mais on ne craint pas d'abîmer le pneu, alors on peut insister, jusqu'au bruyant clac tant espéré, qui indique le décollement.
1.2.- Une autre technique consiste à mettre une voiture sur un cric, ôter une roue, disposer la roue  à démonter à plat sous la fusée, et en visant bien, faire descendre le cric jusqu'à ce que le disque de frein vienne appuyer fortement sur le pneu, au ras de la jante.
Comme l'aurait fait l'appareil du professionnel. On remonte le cric, on fait un peu tourner la roue au sol, on décolle un peu plus loin, etc.

La vidéo suivante montre un avatar de ce procédé, dans lequel on a équipé la voiture-outil d’une vieille jante sans pneu.


Ce n'est ni simple, ni rapide, mais c'est puissant et efficace.
Il existe un autre procédé qui consiste à rouler en voiture sur le bord de la roue dégonflée, mais il est difficile de bien viser…

Lorsqu'il aura retrouvé sa liberté, cela permettra, par une petite translation du pneu vers l'astucieux creux du fond de jante (en vert sur le schéma), d'en approcher la partie diamétralement opposée du bord de la jante et de franchir celui-ci plus facilement*. C'est ici qu'on placera les démonte-pneus : en haut du schéma de la fig. 2.

La séparation totale du pneu de la jante, qui suivra, à l'aide de démonte-pneus, est facilitée par l'utilisation d'eau savonneuse (liquide vaisselle un peu dilué).



 

2.- Montage d'un pneu neuf
Bien repérer, sur le pneu neuf, le sens de roulement, indiqué par une flèche. Si le pneu comporte un point jaune sur un flanc, le disposer au niveau de la valve.
Badigeonner le bord de la jante et la tringle du pneu avec de l'eau savonneuse.
Faire passer le premier bord du pneu par dessus le bord de la jante en s'aidant des démonte-pneus. Il en faut 3 que l'on déplace peu à peu en récupérant chaque fois celui du milieu. Ce n'est pas très difficile, il faut s'appliquer et parfois maintenir les démonte-pneus en position avec un genou ou un artifice quelconque. Mais il faut impérativement utiliser le creux du fond de jante, qui va “libérer“ un tantinet la région diamétralement opposée, et faciliter le montage*. 
Pour favoriser le bon positionnement du pneu dans le creux de la jante, on peut s'aider de 1 ou 2 serre-joints qui écrasent les tringles l'une contre l'autre. Plus facile alors de les faire aller dans le fond du creux.

Nous étions dans le cas d'un pneu sans chambre. Avec la chambre, le principe est le même, il suffit de gonfler légèrement la chambre à air (avant de la glisser en place après la mise en place de la première tringle), pour éviter de la pincer avec les outils contre le bord de la jante.
Passer ensuite la deuxième tringle de la même façon. Puis vérifier que le point jaune est bien en place.
Remettre l'obus de valve en place. Gonfler jusqu'à ce que le pneu se place contre les bords de la jante dans un ou deux claquements caractéristiques. On peut aller jusqu'à 3 ou 4 kg/cm2. Ensuite, on ajustera la pression à la valeur convenable.
Il ne restera plus qu'à équilibrer la roue. On peut aussi le faire soi-même en s'aidant de quelques accessoires.

Voilà, c'est fini.
J'oubliais : ne pas négliger de rendre sa roue à la voiture-démonte-pneus, de ranger les outils et de compléter la trousse à pharmacie, avant de décapsuler une bonne bière. C'est qu'on les a bien gagnés les 15 euros du montage !
Bonne route ! Mais pour une moto, n'oubliez pas de roder le pneu pour lui faire perdre le film résiduel de paraffine, qui le rend peu accrocheur.




 *Tout le secret du montage d'un pneu se trouve dans les phrases en caractères gras...
 

 Extrait de "Dits d'autos", par l'auteur.

2 commentaires:

  1. Merci beaucoup maitre pneudologue, je vais continuer à faire confiance aux pros de la chose. :-) Ce qui ne m’empêchera pas de m'offrir la petite bière en son honneur. (y)
    Mes amitiés Dominique.

    RépondreSupprimer