le blogadoch2

le blogadoch2

vendredi 28 juillet 2017

Le SIDA ne serait pas contagieux...

La période que nous traversons, par les torrents d'informations qu'elle déverse sur nous, se prête fort bien à la désinformation, et aussi à toutes sortes de "théories du complot". C'est un fait.
Cependant, la duplicité de certains, le machiavélisme et la cupidité de la plupart des grandes puissances commerciales, nous permettent d'assister à des comportements tellement outranciers dans l'immoralité que nous sommes contraints de nous intéresser à des informations comme celle qui suit.
Le passé récent nous a montré que les informations que nous recevons sont parfois dictées, par des groupes puissants, aux médias qui vivent de leurs encarts publicitaires, et ne peuvent refuser les "ordres".

Si la version développée ici sur les tromperies liées à la maladie du SIDA, est exacte, force est de constater que cette fois, certains malfaisants ont fait fort...
Que dire des drames causés par l'annonce terrible d'une séropositivité? La liste serait longue des conséquences désastreuses et souvent dramatiques d'une telle annonce.


Mais de quoi s'agit-il? 
Dans une vidéo de 55 minutes, un personnage très posé, à l'accent sincère, le docteur Etienne de Havren, un microbiologiste de renom, développe la thèse selon laquelle le SIDA ne serait pas une maladie virale  :
Il est difficile de résumer l'argumentation extrêmement poussée qui nous est proposée ici. Cependant, pour ceux qui voudraient avoir une petite idée du contenu de cet exposé, je propose quelques lignes de ce que j'ai retenu. Que les spécialistes pardonnent mes erreurs éventuelles et se rapprochent de la vidéo pour les précisions !

1.- Contrairement aux affirmations des chercheurs, on n'a jamais identifié de virus du SIDA. Le VIH n'existe pas.
Le bel oursin en couleurs muni de petits champignons qui a été proposé comme une illustration de ce prétendu virus vient d'une culture de laboratoire assez complexe.
On n'a jamais trouvé de virus du SIDA dans les organismes des malades, ce qui est quand même curieux.

2.- Le SIDA n'est pas contagieux. Ce qui semble évident s'il ne s'agit pas d'une maladie infectieuse. 
Les groupes à risques sont connus : les homosexuels et les drogués. Ils partagent des conditions de vie qui semblent les exposer à certaines pathogénies particulières, dont un Syndrome d'Immuno-Déficience Acquise, le SIDA. Il s'agit donc d'un ensemble de symptômes toujours les mêmes, qui constituent la maladie elle-même.
En Afrique, le syndrome en question est lié à la précarité des conditions d'alimentation et d'hygiène.

3.- La séropositivité n'est pas spécifique, donc ne signifie rien de précis.
Elle traduit une réaction de l'organisme à une agression, une agression que l'on n'a jamais liée à un virus en particulier. Les résultats du test montrent que l'organisme indique qu'il réagit mais ne précisent pas à quoi il réagit. 
Par exemple chez les hémophiles, sujets à de nombreuses transfusions, c'est la masse de protéines étrangères reçue qui peut déclencher la positivité du test.

4.- Les traitements mis en œuvre à très haute dose, sont violents et très iatrogènes  : ils perturbent l'organisme déjà affaibli. 
Les améliorations observées à la suite de ces traitements ne concerneraient que certaines pathogénies secondaires, qui elles semblent diminuer. 

D'autres aspects de la question sont exposés également dans cette longue vidéo.

Lorsqu'on en vient aux responsables de cette situation ubuesque : une maladie prétendue infectieuse et contagieuse sans cause microbiologique, le docteur de Havren nous explique comment de grands groupes financiers liés aux laboratoires mondiaux ont pu influencer les organismes de la santé, ou des instances gouvernementales à l'occasion d'élections coûteuses généreusement sponsorisées, pour faire admettre leurs thèses et ainsi vendre leurs produits sur un marché d'ampleur planétaire.
Les médias ne sont pas épargnés, qui sont supposés obéir aux ordres des grands demandeurs de publicités que sont les laboratoires pharmaceutiques.
Coluche disait déjà, et on peut le comprendre de différentes façons :
Le SIDA est une maladie "médiatique".

Voilà, en gros, ce que j'ai retenu de la vision de cette vidéo. Je dois vous avouer que, malgré le risque d'avoir reçu une nouvelle désinformation, malgré la menace d'une nouvelle théorie du complot, j'ai été assez troublé. 
Si cette thèse est véridique, j'ai une pensée toute particulière pour tous les malheureux qui ont vu leur vie de famille brisée, leur position professionnelle menacée. Il y a eu des cas de suicide, de déchéance, des vies bouleversées par la culpabilité et le remords.
Et ça, on ne pourrait pas le pardonner.
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire